UCEM~LEÇON 77 – J’ai droit aux miracles.

Un Cours en Miracles ~ La lumière est venue

18 mars ~ miracle blind man03

LEÇON 77

J’ai droit aux miracles.

1. Tu as droit aux miracles à cause de ce que tu es. 2 Tu recevras des miracles à cause de ce que Dieu est. 3 Et tu offriras des miracles parce que tu ne fais qu’un avec Dieu. 4 Encore une fois, comme le salut est simple ! 5 C’est le simple énoncé de ta véritable Identité. 6 C’est ce que nous allons célébrer aujourd’hui.

2. Ton droit aux miracles ne réside pas dans tes illusions à ton sujet. 2 Il ne dépend d’aucun des pouvoirs magiques que tu t’es attribués ni d’aucun des rituels que tu as élaborés. 3 Il est inhérent à la vérité de ce que tu es. 4 Il est implicite dans ce que Dieu ton Père est. 5 Il était assuré en ta création et garanti par les lois de Dieu.

3. Aujourd’hui nous allons réclamer les miracles…

Voir l’article original 423 mots de plus

Cause et effet

Cours en miracles

chapitre 2

VII. Cause et effet Tu te plains peut-être encore de la peur, mais tu persistes néanmoins à te rendre apeuré. J’ai déjà signalé que tu ne peux pas me demander de te délivrer de la peur. Je connais qu’elle n’existe pas mais tu ne le connais pas, toi. Si j’intervenais entre tes pensées et leurs résultats, je toucherais à une loi fondamentale de cause et effet, la loi la plus fondamentale qui soit. Je ne t’aiderais guère si je dépréciais le pouvoir de ta propre pensée.

Cela serait en opposition directe avec le but de ce cours. Cela t’aidera beaucoup plus de te rappeler que tu ne surveilles pas assez attentivement tes pensées. Peut-être as-tu l’impression qu’à ce stade il faudrait un miracle pour te permettre de le faire, et c’est parfaitement vrai. Tu n’as pas l’habitude de penser dans un esprit de miracle, mais tu peux être entraîné à penser de cette façon. Tous les faiseurs de miracles ont besoin de ce type d’entraînement. Je ne peux pas te laisser ne pas surveiller ton esprit, sinon tu ne seras pas capable de m’aider. Faire des miracles entraîne que tu te rends pleinement compte du pouvoir de la pensée afin d’éviter la malcréation. Autrement un miracle sera nécessaire pour redresser l’esprit lui-même, processus circulaire qui n’encouragerait guère la compression du temps à laquelle le miracle est destiné. Le faiseur de miracles doit éprouver un respect sincère pour cause et effet véritables comme condition nécessaire pour que le miracle se produise. Les miracles et la peur viennent tous deux des pensées. Si tu n’étais pas libre de choisir l’un, tu ne serais pas libre non plus de choisir l’autre. En choisissant le miracle tu as rejeté la peur, ne serait-ce que temporairement. Tu as eu peur de chacun et de tout. Tu as peur de Dieu, de moi et de toi-même. Tu Nous as malperçus ou malcréés, et tu crois en ce que tu as fait. Tu n’aurais pas fait cela si tu n’avais pas peur de tes propres pensées. Les apeurés doivent malcréer parce qu’ils malperçoivent la création. Quand tu malcrées, tu souffres. Le principe de cause et effet devient maintenant un véritable accélérateur, quoique seulement temporairement. De fait, « Cause » est un terme qui appartient en propre à Dieu, et Son «Effet» est Son Fils. Cela entraîne une série de relations de Cause et Effet qui sont totalement différentes de celles que tu introduis dans la malcréation. Le conflit fondamental en ce monde est donc entre création et malcréation. Toute peur est implicite dans celle-ci et tout amour dans cellelà. C’est donc un conflit entre l’amour et la peur. J’ai déjà dit que tu crois ne pas pouvoir contrôler la peur parce que c’est toi-même qui l’a faite, et ta croyance en elle semble faire qu’elle échappe à ton contrôle. Or toute tentative pour résoudre l’erreur en tentant de maîtriser la peur est inutile. Le fait même de supposer que la peur a besoin d’être maîtrisée confirme son pouvoir. La véritable solution repose entièrement sur la maîtrise par l’amour. Dans l’intérim, toutefois, le sentiment de conflit est

Cela serait en opposition directe avec le but de ce cours. Cela t’aidera beaucoup plus de te rappeler que tu ne surveilles pas assez attentivement tes pensées. Peut-être as-tu l’impression qu’à ce stade il faudrait un miracle pour te permettre de le faire, et c’est parfaitement vrai. Tu n’as pas l’habitude de penser dans un esprit de miracle, mais tu peux être entraîné à penser de cette façon. Tous les faiseurs de miracles ont besoin de ce type d’entraînement. Je ne peux pas te laisser ne pas surveiller ton esprit, sinon tu ne seras pas capable de m’aider. Faire des miracles entraîne que tu te rends pleinement compte du pouvoir de la pensée afin d’éviter la malcréation. Autrement un miracle sera nécessaire pour redresser l’esprit lui-même, processus circulaire qui n’encouragerait guère la compression du temps à laquelle le miracle est destiné. Le faiseur de miracles doit éprouver un respect sincère pour cause et effet véritables comme condition nécessaire pour que le miracle se produise. Les miracles et la peur viennent tous deux des pensées. Si tu n’étais pas libre de choisir l’un, tu ne serais pas libre non plus de choisir l’autre. En choisissant le miracle tu as rejeté la peur, ne serait-ce que temporairement. Tu as eu peur de chacun et de tout. Tu as peur de Dieu, de moi et de toi-même. Tu Nous as malperçus ou malcréés, et tu crois en ce que tu as fait. Tu n’aurais pas fait cela si tu n’avais pas peur de tes propres pensées. Les apeurés doivent malcréer parce qu’ils malperçoivent la création. Quand tu malcrées, tu souffres. Le principe de cause et effet devient maintenant un véritable accélérateur, quoique seulement temporairement. De fait, « Cause » est un terme qui appartient en propre à Dieu, et Son «Effet» est Son Fils. Cela entraîne une série de relations de Cause et Effet qui sont totalement différentes de celles que tu introduis dans la malcréation. Le conflit fondamental en ce monde est donc entre création et malcréation. Toute peur est implicite dans celle-ci et tout amour dans cellelà. C’est donc un conflit entre l’amour et la peur. J’ai déjà dit que tu crois ne pas pouvoir contrôler la peur parce que c’est toi-même qui l’a faite, et ta croyance en elle semble faire qu’elle échappe à ton contrôle. Or toute tentative pour résoudre l’erreur en tentant de maîtriser la peur est inutile. Le fait même de supposer que la peur a besoin d’être maîtrisée confirme son pouvoir. La véritable solution repose entièrement sur la maîtrise par l’amour. Dans l’intérim, toutefois, le sentiment de conflit est nécessairement indivisé. Cet état n’implique pas plus qu’un potentiel de changement d’esprit. La confiance ne peut pas se développer pleinement jusqu’à ce que la maîtrise ait été accomplie. Nous avons déjà tenté de corriger l’erreur fondamentale voulant que la peur peut être maîtrisée, et nous avons souligné que la seule maîtrise véritable est par l’amour. Être prêt n’est que le commencement de la confiance. Tu penses peut-être qu’un temps extrêmement long est nécessaire entre l’être-prêt et la maîtrise, mais laisse-moi te rappeler que le temps et l’espace sont sous mon contrôle.

Je ne suis pas un corps je suis libre

1. La liberté doit être impossible aussi longtemps que tu perçois un corps comme étant toi-même.

Le corps est une limite.

Qui voudrait chercher la liberté dans un corps la cherche là où elle ne peut pas être trouvée. L’esprit peut être libéré quand il ne se voit plus dans un corps, fermement attaché à lui et protégé par sa présence.

Si cela était la vérité, l’esprit serait certes vulnérable!

2. L’esprit qui sert le Saint-Esprit est illimité à jamais, à tous égards, par-delà les lois du temps et de l’espace, délié de toute préconception, avec la force et le pouvoir de faire tout ce qui lui est demandé.

Les pensées d’attaque ne peuvent entrer dans un tel esprit, parce qu’il a été donné à la Source de l’amour, et la peur ne peut jamais entrer dans un esprit qui s’est attaché à l’amour.

Il repose en Dieu.

Et qui peut avoir peur qui vit dans l’Innocence, et qui ne fait qu’aimer?

3. Il est essentiel pour tes progrès dans ce cours que tu acceptes l’idée d’aujourd’hui et qu’elle te soit très chère.

Ne t’inquiète pas si pour l’ego elle est tout à fait insane.

Le corps est cher à l’ego parce qu’il y habite et qu’il vit en union avec la demeure qu’il a faite.

C’est une partie de l’illusion qui l’a gardé d’être lui-même trouvé illusoire.

4. C’est là qu’il se cache et c’est là qu’il peut être vu pour ce qu’il est.

Déclare ton innocence, et tu es libre.

Le corps disparaît, parce que tu n’en as aucun besoin, si ce n’est le besoin que voit le Saint-Esprit.

Pour cela, le corps apparaîtra comme une forme utile pour ce que l’esprit doit faire.

Il devient ainsi un véhicule qui aide à étendre le pardon jusqu’au but intégral qu’il doit atteindre, selon le plan de Dieu

5. Chéris l’idée d’aujourd’hui et pratique-la aujourd’hui et chaque jour.

Inclus -la dans chaque période d’exercice que tu fais.

Il n’y a pas une pensée qui n’y gagnera en pouvoir d’aider le monde et aucune qui n’y gagnera aussi en dons supplémentaires pour toi.

Nous sonnons l’appel de la liberté dans le monde entier avec cette idée.

Voudrais -tu être exempté de l’acceptation des dons que tu fais?

6. Le Saint-Esprit est la demeure d’esprits qui cherchent la liberté.

En Lui ils ont trouvé ce qu’ils ont cherché.

Le but du corps maintenant n’est pas ambigu. Et il devient parfait dans son aptitude à servir un but indivisé.

En réagissant sans conflit et sans équivoque à l’esprit qui n’a que la pensée de liberté pour but, le corps sert et remplit bien son but.

Sans le pouvoir d’asservir, c’est un digne serviteur de la liberté que l’esprit au-dedans du Saint-Esprit recherche.

7. Sois libre aujourd’hui.

Et apporte la liberté comme don à ceux qui se croient encore esclaves au-dedans d’un corps. Sois libre, afin que le Saint-Esprit puisse faire usage de ton évasion de l’esclavage pour libérer la multitude qui se perçoit liée, impuissante et apeurée.

Laisse l’amour remplacer leurs peurs à travers toi.

Accepte le salut maintenant et confie ton esprit à Celui Qui t’appelle à Lui faire ce don.

Car Il voudrait te donner la liberté parfaite, la joie parfaite, et l’espoir qui trouve son plein accomplissement en Dieu.

8. Tu es le Fils de Dieu.

Dans l’immortalité, tu vis à jamais.

Ne voudrais-tu pas lui rendre ton esprit?

Alors pratique bien la pensée que le Saint-Esprit te donne pour aujourd’hui.

Tes frères se trouvent délivrés avec toi en elle; le monde est béni avec toi, le Fils de Dieu ne pleurera plus et le Ciel rend grâce de l’augmentation de la joie que ton exercice amène même à lui.

Et Dieu Lui-même étend Son Amour et Son bonheur chaque fois que tu dis:

Je ne suis pas un corps.

Je suis libre.

J’entends la Voix que Dieu m’a donnée et c’est seulement à elle que mon esprit obéit.

Un cours en miracles leçon 199

❣️Ubuntu❣️

❤️ UBUNTU!! ❤️

Un anthropologue a proposé un jeu aux enfants d’une tribu d’Afrique Australe.

Il a posé un panier plein de fruits sucrés près d’un arbre et a dit aux enfants que celui qui arriverait le premier gagnerait tous les fruits.

Quand il leur a dit de courir, tous les enfants se sont élancés en même temps …… en se donnant la main !!
Puis ils se sont assis ensemble pour profiter de ces bons fruits.
Lorsque l’anthropologue leur a demandé pourquoi ils avaient couru ainsi alors que l’un d’entre eux aurait pu avoir tous les fruits pour lui tout seul, ils ont répondu :

« UBUNTU.
Comment l’un d’entre nous peut-il être heureux si tous les autres sont tristes ? »

UBUNTU dans la culture Xhosa d’Afrique Australe signifie :

✨ « Je suis parce que Nous sommes. » ✨
Namasté 🙏

Je suis parce que nous sommes l’amour n’a oublié personne ❤️

Jeanne D’arc

Le chant de la prière

La prière, c’est un pas à l’écart, un lâcher-prise, un moment tranquille d’écoute et d’amour.

Elle ne devrait pas être confondue avec une quelconque supplication, car c’est une façon de te rappeler ta sainteté.

Pourquoi la sainteté devrait-elle supplier, ayant pleinement droit à tout ce que l’Amour peut offrir?

C’est vers l’Amour que tu avances en prière.

La prière est une offrande, un abandon de toi-même pour ne faire qu’un avec l’Amour.

Il n’y a rien à demander parce qu’il ne reste rien à désirer.

Ce rien devient l’autel de Dieu.

Il disparaît en Lui.

Cela n’est pas un niveau de prière que quiconque peut atteindre dès maintenant.

Ceux qui ne l’ont pas encore atteint ont besoin que tu les aides en prière, car leur demande n’est pas encore basée sur l’acceptation.

Une aide en prière ne veut pas dire que quelqu’un d’autre sert d’intermédiaire entre toi et Dieu.

Mais cela signifie que quelqu’un d’autre se tient à tes côtés et aide à t’élever jusqu’à Lui.

Qui s’est rendu compte de la bonté de Dieu prie sans peur.

Et qui prie sans peur ne peut que L’atteindre.

Il peut donc également atteindre Son Fils, où qu’il puisse être et quelque forme qu’il semble prendre.

Prier le Christ en qui que ce soit est une prière véritable parce que c’est un don de grâce fait à Son Père.

Demander que le Christ ne soit que Lui-même n’est pas supplication.

C’est un chant de grâce pour ce que tu es.

En cela réside le pouvoir de la prière.

Elle ne demande rien et reçoit tout.

Cette prière peut être partagée car elle reçoit pour tous.

Prier avec quelqu’un qui connaît que cela est vrai, c’est être exaucé.

Une forme concrète de solution à un problème concret se présentera peut-être à l’un ou l’autre, peu importe lequel.

Peut-être atteindra-t-elle les deux, si l’accord entre vous est sincère. Elle viendra parce que vous vous êtes rendu compte que le Christ est en vous deux.

Cela est sa seule vérité.

Don de liberté

Ne penses-tu pas que le monde a besoin de paix autant que toi?

Ne veux-tu pas la lui donner autant que tu veux la recevoir?

Car sinon, tu ne la recevras pas.

Si tu veux l’avoir de moi, tu dois la donner.

La guérison ne vient de personne d’autre. Tu dois accepter d’être guidé de l’intérieur tu dois vouloir être guidé ou cela ne signifiera rien pour toi c’est pourquoi la guérison est une entreprise qui repose sur la collaboration. Je peux te dire quoi faire , mais tu dois collaborer en croyant que je connais ce que tu devrais faire

Alors seulement ton esprit choisira de me suivre

Un cours en miracles

Je sens l’amour de Dieu en moi maintenant

LEÇON 189

Je sens l’Amour de Dieu en moi maintenant.

1. Il y a une lumière en toi que le monde ne peut percevoir. 2Et avec ses yeux tu ne verras pas cette lumière, car le monde t’aveugle. 3Or tu as des yeux pour la voir. 4Elle est là pour que tu la regardes. 5Elle n’a pas été placée en toi pour être gardée cachée à ta vue. 6Cette lumière est un reflet de la pensée à laquelle nous nous exerçons maintenant. 7Sentir l’Amour de Dieu en toi, c’est voir le monde à neuf, brillant d’innocence, vibrant d’espoir et béni d’une charité et d’un amour parfaits.

2. Qui pourrait avoir peur dans un monde comme celui-là? 2Il t’accueille, se réjouit que tu sois venu et chante tes louanges en te gardant à l’abri de toute forme de danger et de douleur. 3Il t’offre une chaleureuse et douce demeure où rester un moment. 4Il te bénit tout le long de la journée et veille toute la nuit, gardien silencieux de ton saint sommeil. 5Il voit le salut en toi et protège la lumière en toi, dans laquelle il voit la sienne. 6Il t’offre ses fleurs et sa neige, en reconnaissance de ta bienveillance.

3. Tel est le monde que l’Amour de Dieu révèle. 2Il est si différent du monde que tu vois par les yeux assombris de la malice et de la peur, que l’un dément l’autre. 3Il n’y en a qu’un qui se puisse percevoir le moindrement. 4L’autre est entièrement in-signifiant. 5Un monde où le pardon luit sur tout, où la paix offre à chacun sa douce lumière, est inconcevable pour ceux qui voient un monde de haine surgir de l’attaque, prêt à se venger, à tuer et détruire.

4. Or le monde de la haine est également invisible et inconcevable pour ceux qui sentent l’Amour de Dieu en eux. 2Leur monde reflète la quiétude et la paix qui luisent en eux; la douceur et l’innocence qu’ils voient autour d’eux; la joie avec laquelle ils regardent au-dehors depuis les puits inépuisables de joie au-dedans. 3Ce qu’ils ont senti en eux-mêmes, ils le regardent et en voient partout le sûr reflet.

5. Que voudrais-tu voir? 2Le choix t’est donné. 3Mais apprends et ne laisse pas ton esprit oublier cette loi de la vue: tu regarderas ce que tu sens au-dedans. 4Si la haine trouve une place dans ton cœur, tu percevras un monde apeurant, que la mort tient cruellement entre ses doigts décharnés et pointus. 5Si tu sens l’Amour de Dieu en toi, tu verras au-dehors un monde de miséricorde et d’amour.

6. Aujourd’hui nous dépassons les illusions en cherchant à atteindre ce qui est vrai en nous, à sentir sa tendresse qui englobe tout, son Amour qui nous connaît aussi parfaits que lui-même, sa vue qui est le don que son Amour nous accorde. 2Aujourd’hui nous apprenons la voie. 3Elle est aussi sûre que l’Amour même, auquel elle nous porte. 4Car sa simplicité évite les pièges que le raisonnement apparent du monde, tout en sottes circonvolutions, ne sert qu’à cacher.

7. Fais simplement ceci : Sois calme et mets de côté toute pensée de ce que tu es et de ce qu’est Dieu; tous les concepts que tu as appris au sujet du monde; toutes les images que tu as de toi-même. 2Vide ton esprit de tout ce qu’il pense être vrai ou faux, ou bien ou mal, de toute pensée qu’il juge digne, et de toutes les idées dont il a honte. 3Ne t’accroche à rien. 4N’apporte avec toi aucune pensée que le passé t’a enseignée, ni aucune croyance que tu as jamais apprise auparavant de quoi que ce soit. 5Oublie ce monde, oublie ce cours, et viens les mains entièrement vides à ton Dieu.

8. N’est-ce pas Lui Qui connaît la voie vers toi? 2Tu n’as pas besoin de connaître la voie vers Lui. 3Ton rôle est simplement de permettre que tous les obstacles que tu as interposés entre le Fils et Dieu le Père soient enlevés tranquillement pour toujours. 4Dieu fera Sa part par Sa réponse immédiate et joyeuse. 5Demande et reçois. 6Mais n’exige rien et n’indique pas la route à Dieu par laquelle Il devrait t’apparaître. 7La façon de L’atteindre, c’est simplement de Le laisser être. 8Car de cette façon, ta réalité est aussi proclamée.

9. Ainsi, aujourd’hui, nous ne choisissons pas la voie dans laquelle nous allons vers Lui. 2Mais nous choisissons de Le laisser venir. 3Et avec ce choix, nous nous reposons. 4Et dans nos cœurs tranquilles et nos esprits ouverts, Son Amour se fraiera Lui-même un chemin de lumière. 5Ce qui n’a pas été nié est sûrement là, si cela est vrai et peut sûrement être atteint. 6Dieu connaît Son Fils et connaît la voie qui mène à lui. 7Il n’a pas besoin que Son Fils Lui montre comment trouver Son chemin. 8Par chaque porte ouverte, Son Amour rayonne de sa demeure intérieure et illumine le monde d’innocence.

10. Père, nous ne connaissons pas la voie vers Toi. 2Mais nous avons appelé et Tu nous as répondu. 3Nous n’interférerons pas. 4Les voies du salut ne sont pas les nôtres, car elles T’appartiennent. 5Et c’est tournés vers Toi que nous les cherchons. 6Nos mains sont ouvertes pour recevoir Tes dons. 7Nous n’avons pas de pensée que nous pensions à part de Toi et nous ne chérissons pas de croyances sur ce que nous sommes, ou Qui nous a créés. 8Ta voie est celle que nous voudrions trouver et suivre. 9Et nous demandons seulement que Ta Volonté, qui est aussi la nôtre, soit faite en nous et dans le monde, afin qu’il devienne une partie du Ciel maintenant. 10Amen.

Le don de la liberté

Le don de la liberté

1.  Si la Volonté de Dieu pour toi est la paix et la joie complètes, et si tu ne ressens pas uniquement cela, ce doit être que tu refuses de reconnaître Sa Volonté. 2 Sa Volonté ne vacille pas, étant à jamais inchangeable. 3 Quand tu n’es pas en paix, ça ne peut être que parce que tu ne crois pas que tu es en Lui. 4 Or Il est Tout en tous. 5 Sa paix est complète, et tu dois y être inclus. 6 Ses lois te gouvernent parce qu’elles gouvernent tout. 7 Tu ne peux pas t’exempter de Ses lois, bien que tu puisses leur désobéir. 8 Or si tu le fais, et seulement si tu le fais, tu te sentiras seul et impuissant, parce que tu te nies tout à toi-même.

2.  Je suis venu comme une lumière dans un monde qui se nie tout à lui-même. 2 Il fait cela simplement en se dissociant de tout. 3 Il est donc une illusion d’isolement, maintenue par la peur de cette même solitude qui est son illusion. 4 J’ai dit que j’étais avec toi tous les jours jusqu’à la fin du monde. 5 C’est pourquoi je suis la lumière du monde. 6 Si je suis avec toi dans la solitude du monde, la solitude n’est plus. 7 Tu ne peux pas maintenir l’illusion de solitude si tu n’es pas seul. 8 Mon but, donc, est encore de vaincre le monde. 9 Je ne l’attaque pas, mais ma lumière doit le dissiper à cause de ce qu’il est. 10 La lumière n’attaque pas les ténèbres, mais elle les dissipe. 11 Si ma lumière t’accompagne partout, tu les dissipes avec moi. 12 La lumière devient nôtre, et tu ne peux pas plus demeurer dans les ténèbres que les ténèbres ne peuvent demeurer là où tu vas. 13 La mémoire de moi, c’est la mémoire de toi-même et de Celui Qui m’a envoyé à toi.

3.  Tu étais dans les ténèbres jusqu’à ce que la Volonté de Dieu fut faite complètement par n’importe quelle partie de la Filialité. 2 Quand cela fut fait, elle était accomplie parfaitement par tous. 3 Comment, autrement, pourrait-elle être parfaitement accomplie? 4 Ma mission était simplement d’unir la volonté de la Filialité à la Volonté du Père en ayant moi-même conscience de la Volonté du Père. 5 C’est cette conscience que je suis venu te donner, et la difficulté que tu as à l’accepter est le problème de ce monde. 6 Le salut est de le dissiper, et en ce sens je suis le salut du monde. 7 Le monde doit donc me mépriser et me rejeter, parce que le monde est la croyance que l’amour est impossible. 8 Si tu acceptes le fait que je suis avec toi, tu nies le monde et tu acceptes Dieu. 9 Ma volonté est la Sienne ; et ta décision de m’entendre est la décision d’entendre Sa Voix et de demeurer en Sa Volonté. 10 Comme Dieu m’a envoyé à toi, ainsi je t’enverrai aux autres. 11 Et j’irai à eux avec toi, afin que nous puissions leur enseigner la paix et l’union.

4.  Ne penses-tu pas que le monde a besoin de paix autant que toi? 2 Ne veux-tu pas la lui donner autant que tu veux la recevoir? 3 Car sinon, tu ne la recevras pas. 4 Si tu veux l’avoir de moi, tu dois la donner. 5 La guérison ne vient de personne d’autre. 6 Tu dois accepter d’être guidé de l’intérieur. 7 Tu dois vouloir être guidé ou bien cela ne signifiera rien pour toi. 8 C’est pourquoi la guérison est une entreprise qui repose sur la collaboration. 9 Je peux te dire quoi faire, mais tu dois collaborer en croyant que je connais ce que tu devrais faire. 10 Alors seulement ton esprit choisira de me suivre. 11 Sans ce choix tu ne pourrais pas être guéri parce que tu auras décidé de rejeter la guérison, et ce rejet de ma décision pour toi rend la guérison impossible.

5.  La guérison reflète notre volonté conjointe. 2 Cela devient évident quand tu considères à quoi sert la guérison. 3 La guérison est la façon dont la séparation est vaincue. 4 La séparation est vaincue par l’union. 5 Elle ne peut pas être vaincue en se séparant. 6 La décision de s’unir doit être sans équivoque, sinon l’esprit lui-même est divisé et non entier. 7 Ton esprit est le moyen par lequel tu détermines ta propre condition, parce que l’esprit est le mécanisme de la décision. 8 C’est le pouvoir par lequel tu te sépares ou te joins, et ressens conséquemment la douleur ou la joie. 9 Ma décision ne peut pas vaincre la tienne, parce que la tienne est aussi puissante que la mienne. 10 Si elle ne l’était pas, les Fils de Dieu seraient inégaux. 11 Toutes choses sont possibles par notre décision conjointe, mais la mienne seule ne peut pas t’aider. 12 Ta volonté est aussi libre que la mienne, et Dieu Lui-même n’irait pas à son encontre. 13 Je ne peux pas vouloir ce que Dieu ne veut pas. 14 Je peux offrir ma force pour rendre la tienne invincible, mais je ne peux pas m’opposer à ta décision sans lui faire concurrence et violer ainsi la Volonté de Dieu pour toi.

6.  Rien de ce que Dieu a créé ne peut s’opposer à ta décision, comme rien de ce que Dieu a créé ne peut s’opposer à Sa Volonté. 2 Dieu a donné à ta volonté sa puissance, et je ne peux que la reconnaître en l’honneur de la Sienne. 3 Si tu veux être comme moi, je t’aiderai, connaissant que nous sommes pareils. 4 Si tu veux être différent, j’attendrai jusqu’à ce que tu changes d’esprit. 5 Je peux t’enseigner, mais toi seul peux choisir d’écouter mon enseignement. 6 Comment pourrait-il en être autrement, si le Royaume de Dieu est liberté? 7 La liberté ne peut pas être apprise par la tyrannie de quelque sorte que ce soit; et la parfaite égalité de tous les Fils de Dieu ne peut pas être reconnue par la domination d’un esprit sur un autre. 8 Les Fils de Dieu sont égaux en volonté, tous étant la Volonté du Père. 9 Cela est la seule leçon que je suis venu enseigner.

7.  Si ta volonté n’était pas la mienne, elle ne serait pas Celle de notre Père. 2 Cela signifierait que tu as emprisonné la tienne et que tu ne l’as pas laissée être libre. 3 De toi-même tu ne peux rien faire, parce que de toi-même tu n’es rien. 4 Je ne suis rien sans le Père et tu n’es rien sans moi, parce qu’en niant le Père tu te nies toi-même. 5 Je me souviendrai toujours de toi, et dans ma mémoire de toi réside ta mémoire de toi-même. 6 Dans notre mémoire l’un de l’autre réside notre mémoire de Dieu. 7 Et dans cette mémoire réside ta liberté parce que ta liberté est en Lui. 8 Joins-toi donc à moi en louange de Lui et de toi qu’Il a créé. 9 C’est le don de gratitude que nous Lui faisons et qu’Il partagera avec toutes Ses créations, à qui Il donne également tout ce qui est acceptable pour Lui. 10 Parce que c’est acceptable pour Lui, c’est le don de la liberté, qui est Sa Volonté pour tous Ses Fils. 11 En offrant la liberté, tu seras libre.

8. Étant la re-connaissance de ce qu’ils sont et de ce qu’Il est, la liberté est le seul don que tu puisses faire aux Fils de Dieu. 2 La liberté est création, parce qu’elle est amour. 3 Celui que tu cherches à emprisonner, tu ne l’aimes pas. 4 Par conséquent, quand tu cherches à emprisonner qui que ce soit, y compris toi, tu ne l’aimes pas et tu ne peux pas t’identifier à lui. 5 Quand tu t’emprisonnes toi-même, tu perds de vue ta véritable identification avec moi et avec le Père. 6 Ton identification est avec le Père et avec le Fils. 7 Ce ne peut pas être avec l’Un sans l’Autre. 8 Si tu fais partie de l’Un, tu dois faire partie de l’Autre, parce qu’ils sont Un. 9 La Sainte Trinité est sainte parce qu’Elle est Une. 10 Si tu t’exclus toi-même de cette union, tu perçois la Sainte Trinité comme séparée. 11 Tu dois Y être inclus, parce qu’Elle est tout. 12 À moins que tu n’Y prennes ta place et ne remplisses ta fonction comme partie d’Elle, la Sainte Trinité est aussi dépouillée que toi. 13 Aucune partie d’Elle ne peut être emprisonnée si Sa vérité doit être connue.

Un cours en miracles

Le CIEL tel qu’enseigné par Jésusdans Un Cours en Miracles

Il est un lieu en toi où ce monde entier a été oublié; où nulle mémoire de péché et d’illusion ne subsiste encore.
Il est un lieu en toi que le temps a quitté; et où des échos de l’éternité sont entendus.
Il est un lieu de repos si calme qu’aucun son, sauf un hymne au Ciel, ne s’en élève pour réjouir Dieu le Père et le Fils.
Là où les Deux demeurent, des Deux revient le souvenir.
Et là où Ils sont, là est le Ciel et est la paix.

Ne pense pas que tu puisses changer leur demeure. Car ton Identité demeure en Eux, et là où Ils sont, tu dois être à jamais.
L’inchangeabilité du Ciel est en toi, si loin au-dedans que tout en ce monde ne fait que passer, ni remarqué ni vu.
La calme infinité de la paix éternelle t’entoure tendrement par sa douce étreinte, si forte et quiète, tranquille en la puissance de son Créateur, que rien ne peut faire intrusion sur le Fils sacré de Dieu en dedans. (T-29.V.I;2) p. 659

Qu’est-ce que le Ciel, sinon un chant de gratitude, d’amour et de louange par toute chose créée à la Source de sa création ?
Le plus saint des autels est érigé là où l’on croyait auparavant qu’était le péché.
Et ici viennent toutes les lumières du Ciel, pour être rallumées et augmentées en joie.
Car ici ce qui était perdu leur est rendu, et tout leur rayonnement est rendu entier à nouveau. (T-26.IV.3:5-8) p. 588
Dieu n’a pas de nombreux Fils, mais Un seul. Qui peut avoir plus, et à qui moins peut être donné? Au Ciel le Fils de Dieu ne ferait qu’en rire, si des idoles pouvaient venir troubler sa paix.

C’est pour lui que parle le Saint-Esprit, et qu’Il te dit que les idoles n’ont pas de but ici.
Car tu ne peux jamais avoir plus que le Ciel.
Si le Ciel est au-dedans, pourquoi chercherais-tu des idoles qui feraient moins du Ciel, pour te donner plus que Dieu n’a accordé à ton frère et à toi, faisant un avec Lui ?
Dieu t’a donné tout ce qui est. (T-29.VIII.9:1-7) p. 667