le lien(3)

Le lien(3)

M. B.

Il y a des personnes qui passent dans notre vie.

Et du fait de leur passage.

C’est toute notre vie qui en sera transformé.

Il laisse une marque profonde.

Tu es l’une de ces personnes de ma vie.

Tu es arrivé.

Quand j’étais au fond d’un gouffre.

Dans ma plus grande tempête.

Tu as tenu le fil.

Qui me ramenait en surface quand je sombrais dans les eaux trop profondes.

Auquel j’ai pu m’accrocher pour retrouver le chemin vers la vie.

Quand moi je marchais vers celui de la mort.

Tu es la première personne qui m’a ouvert le chemin de ma liberté.

Notre lien c’est un lien de médecin patient.

Tu m’as offert une oreille qui ne juge pas.

Quand moi je me condamnais.

Tu m’as fait regarder tous les blocages que j’avais construits en moi.

A partir de ce lien j’ai pu découvrir mes propres points de repère.

Pour défaire les murs et les barrières en moi.

Et j’ai pu tracer ma propre carte au trésor enfoui.

Je sais qu’il m’a fallut faire un travail archéologique.

Dans ma terre de naissance.

Mais par le fait que tu as cru que je pouvais y arriver.

Tu as eu assez foi en moi.

Alors que moi je m’étais complètement rejetée.

Qu’une semence d’espérance tu y à laissé.

Je ne sais pas si un jour nos chemins se croiseront de nouveau.

Mais par cet écrit.

Je veux te dire merci.

Je sais que le mot semble petit, mais c’est tout mon cœur que je mets dans ce merci.

Si seulement tu pouvais savoir combien il y a de vie relié.

au lien de ton court passage.

dans ma vie.

Je le lance dans l’univers mon merci , car je n’ai aucune espèce d’idée ou la vie t’a conduit.

Tu as été bien plus qu’un médecin.

Ta présence fut comme le passage d’un ange.

En l’année 1982.

Le passage le plus difficile de ma vie.

Tu es le premier guide d’une petite chenille.

Vers la vie et la naissance d’un papillon.

 

Jeanne D’arc.

mes nuits d’insomnies

clip_image002

Dans nuits d’insomnie…j’écris

Quand le sommeil me fuit?

Et que tout autour de moi est encore endormi.

Ici je viens m’asseoir devant l’écran.

Je sais que je perdrais ainsi la notion du temps.

Que je laisse mes doigts courir sur le clavier.

Ou sur les pages d’ un cahier.

Je permets ainsi a mes mots de s’envoler.

Tout ce qu’ils diront je- n’ ai a cet instant aucune espèce idée.

J’aime écrire que ce soit sur le clavier.

Ou avec plume et encrier.

Et même aussitôt que j’ai un crayon dans les mains.

Je cherche un bout papier

Ou un carnet de notes.

Pour parfois y inscrire juste des gribouillis.

Ou  parfois  des révélations qui me viennent de mes lectures.

Celles qui me frappent comme des éclairs.

pour ne pas que j’oubli.

La lumière qu’ils portent.

Les enseignements qu’ils m’offrent.

Et la guérison qu’ils ont a m’apportés.

 

Quand ils se présentent dans ma tête?

Les mots sont d’abord des images.

Qui se présentent et m’inspirent.

Comme ce papillon symbole de transformation et de liberté?

L’image se présente et ainsi je vois des grands pans de ma vie.

Resurgir.

J’y vois clairement quand la petite chenille sort de son cocon et devient papillon.

Le processus pour moi fût assez long.

Mais je crois vraiment que ce temps était nécessaire.

Pour former mes ailes afin qu’elles puissent me transporter vers la liberté.

QU’importe le temps?

Pour moi il n’existe plus.

Je sais qu’il y a un temps horloge,

Pour mes activités extérieures.

Mais dans l’espace intérieur tout se passe au présent.

Le passé se guérit au présent.

J’écris quelques lignes et des tranches de ma vie se glissent entre les lignes.

Tout en écrivant j’y vois ma vie se dérouler sur la page.

Je crois que pour moi l’écriture me permet.

De regarder les évènements avec du recul.

Ainsi je peux voir ou il y a encore des blocages.

Ou il y a des murs de défenses établit dans mon espace intérieur.

Des endroits dans cet espace ou je bute parfois,

Car a certains endroits je sais que l’amour est bloqué.

Et j’y perds ma paix, du moment

Et le mouvement,

Oui en cet instant certains souvenirs sont revisités.

Pour être pardonnés.

Et ainsi retrouvé ma liberté.

Et je veux agrandir cet espace, en moi,

Ou y règne l’harmonie.

Certains de vos écrits font aussi écho en moi.

Et ainsi produisent le même effet.

Et par eux parfois je redécouvre mes ailes.

 

Tout peut mener vers la guérison.

Tant que je reste en ouverture du cœur

A l’amour.

Jeanne