Mariage a l’horizon.

moi 019 

Votre union.

Michèle.

Un certain jour de septembre.

La vie nous fait cadeau d’un trésor.

Je savais bien qu’un jour quelqu’un viendrait.

Réclamer ce trésor.

Car nous n’étions que les gardiens de ce joyau.

La vie nous fait cadeau quand elle nous choisit.

Pour porter ses trésors.

Nous ne devons pas tant vouloir qu’ils nous ressemblent.

Mais souhaitez surtout qu’ils découvrent toute leur individualité.

Pourtant je sais que dans notre cœur, nous conserverons toujours une part de ce joyau.

Car le lien qui nous unit a elle.

Est tissé dans un fil, Très serré.

Mon plus grand désir était que celui qui un jour.

Découvrirais ce joyau.

Aurait des yeux assez profonds.

Pour voir toute la beauté dans chacune de ses facettes

Une femme forte et en même temps fragile.

Une femme déterminée.

Une femme entière.

Un diamant.

David.

Au fil des années j’ai appris à te connaître un peu.

Je sais que tu es quelqu’un qui ne fait pas de vagues.

Et j’ai regardée plus loin.

Que ce que tu exprimes, ou ce que tu veux montrer parfois.

J’y ai vu un homme d’une belle sensibilité, un père rempli d’amour.

Un homme généreux et attentionné.

Et j’ai vu des yeux qui peuvent regarder profondément.

J’ai vu un homme avec qui ma Michèle serait heureuse.

Un cœur qui soit le plus bel écrin.

Pour y déposer le sien.

Je suis heureuse que Michèle.

Ai pris le temps d’attendre pour prendre mari.

Que tu arrive dans sa vie.

Vous deux.

Vous avez appris au fil des années à vous apprivoisés.

Vous vous êtes mariés dans le cœur au fil de ces années.

Aujourd’hui vous faites le choix.

D’aller encore plus loin dans votre engagement et de prendre pour témoins ceux que vous aimez.

Et qui vous sont chers.

Et d’exprimez devant eux le oui de votre cœur.

Cet anneau que vous glissez a vos doigts en ce jour.

Symbole de votre amour et de votre attachement l’un envers l’autre.

Symbole du lien qui vous unit.

Puisse-t-il rester à vos doigts pour de nombreuses années.

Comme un doux rappel des promesses échangées.

Et témoigner de l’amour et du mariage de deux cœurs

Puisse la vie vous garder unit au jour le jour.

A travers chaque expérience qu’elle vous réserve.

Vous donner.

La capacité de poser votre regard dans la même direction.

Je vous aime.

xx

Confidences (perdre et grandir)

Espoir

Vous savez tous que l’an passé j’ai supprimé cette page sur laquelle je partageais avec vous depuis 2007, il y a des textes que j’avais écrit , mais beaucoup de ceux-ci je m’aperçois dont je n’ai plus aucune copie.

Je croyait les avoir dans un dossier mais une panne a fait que j’ai perdu ces textes , j’ai conservée certains de ceux-ci dans des clés  mais d’autres non .

Je n’ai jamais eu l’intention d’écrire un livre ,mais j’avais l’intention ou le rêve d’en faire cadeau en héritage a mes filles . je fais aussi des petites vidéos avec mes photos avec des textes et des musiques que j’aime .

Des dessins et des créations avec certaines photos que je transforme .

Donc je dois faire le deuil de ces textes que j’ai perdus  .

Donc ce n’est pas une réellement une  perte pour elles , mais pour moi.

Ce sont mes passions et pas les leurs, elles ont leur propre carte routière , leur propre chemin de vie.

En écrivant il monte en moi des paroles des écrits du prophète :tout le texte ou il parle des enfants.

Ce deuil que je dois faire me ramène a un souvenir , je me souviens je devais avoir 14 ans et j’écrivais des poèmes que je déchirais , je me souviens que ma sœur me disait Jeanne D’arc ne déchire pas cela , c’est une partie de toi .

Et une autre fois ou j’avais déchiré des photos que je ne voulais pas voir  , elle m’avait dis la même chose.

Ce deuil me ramène a une certaine prise de conscience , je ne veux pas vivre dans le passé , mais ce passé je ne dois plus le renier peu importe ce qu’il est , il a fait de moi ce que je suis. les belles expérience et les expériences difficiles.

Si je regarde une vieille photo , de mes années difficiles elle parle de mon état d’être de cette époque.

Et elle témoigne du chemin parcouru depuis.

Elle me parle d’une manière différente qu’elle parlera a quelqu’un d’autre.

Je ne dois pas m’ accrocher au passé ,  mais je crois que le passé peu importe ce que j’ai pu vivre est ma richesse. D’aujourd’hui.

Les cicatrices des blessures me rappellent , mes limites au présent , mes erreurs me rappellent mes repères et mes responsabilités au présent , elles me rappellent aussi les chemins sans issus.

Tous les passages marqués d’une croix , tout ce que j’ai vécu est la carte de mon chemin de vie.

Donc mon présent est mon passé de demain , je ne veux plus rien renier.

il n’existe pus de passé mais une carte de vie, des expériences qui deviennent des guides , tout est dessiné peint ou façonne sur le tableau de notre vie.

Ne pas vivre dans le passé ce n’est pas je crois de l’enterrer , de le renier , mais de le regarder et de l’accepter tel qu’il est.

dans sa laideur et dans sa beauté.

Le regarder avec des yeux d’ un archéologue chaque petite pièce trouver devient un trésor.

Aucune pièce n’est jugée, bonne ou pas bonne , mais un trésor.

Chaque morceau te parle si tu veux bien le mettre a nu.

Il est ce qu’il est.  pardonner entièrement son passé c’est accepter du fond du cœur tout ce qu’il a été, ne pas  vouloir le changer .

Ne rien regretter.

Car ce passé c’est aussi le paysage dont est fait ma vie.

Chaque expérience même celle qui nous semble la plus horrible fait parti du paysage , il est une chose bizarre mais en même temps si  magnifique c’est souvent sur un tas de fumier que poussent les plus belles fleurs .

et que dire de ces fleurs du désert.

Mais accepter chaque expérience comme quelque chose qui m’enseigne dans  mon voyage pour atteindre la paix durable et le chemin vers la plénitude de mon âme.

Je ne pensais pas ce matin que la perte de quelques textes me conduirait dans cette réflexion et me ferait faire un autre pas dans les profondeurs de mon être , dans l’acceptation du parchemin sur lequel est écrit et dessiné mon histoire de vie.

Ne plus vouloir rien déchiré ,mais  en reconstituer chaque parcelle de ma propre carte du chemin celui que reconnait  mon âme , celui qui me conduit dans mon retour vers la maison .

la paix qui est la maison de mon âme.

Et cette acceptation totale de notre histoire , éveille cette paix en nous. du moins il en est ainsi pour moi.

Merci.

Jeanne D’arc.

 

 

 

Le pardon (reprise )

clip_image001

Tu peux être prisonnier même au sommet de la plus haute montagne, et tu peux devenir libre même au fond d’une prison.

(Auteur inconnu)

Le pardon.

J’ai vécu longtemps en étant mal dans ma peau.

J’ai vécu longtemps comme si je portais un fardeau.

Une colère m’habitait.

Un ressentiment profond, et un apitoiement sans fond.

Est-il légitime certains diront qu’oui ?

Moi je crois qu’il m’a retenu prisonnière.

Pendant si longtemps.

Chaque matin inconsciemment je mettais dans mon bagage.

Les gestes de mes abuseurs.

Et toutes mes blessures.

Ils m’empêchaient de vivre.

Toutes mes heures étaient teintées du passé.

Je portais la honte.

J’ai porté mon corps de souffrance si longtemps

Comme une deuxième peau je m’en revêtais.

Je ressassais sans cesse tous ces gestes.

Je les revivais continuellement

Ils gâchaient tous les beaux instants de ma vie.

Comme si tout était teinté de grisaille ?

J’ai sombré dans l’alcool.

Pour oublier.

Pendant si longtemps.

Je privais tous ceux qui m’aimaient

Dans le présent de ma vie.

J’étais si absente dans ma vie au présent.

Puis un jour j’ai eu un réel désir de vivre.

Et de devenir présente à ma vie.

Après avoir si longtemps eu le goût de mourir.

J’ai eu le réel désir de sortir du rôle d’une victime.

Car je ne pouvais plus vivre avec celle-ci.

Je suis pour un temps tomber dans un autre extrême celui du bourreau.

Mon esprit habité par la rancune et des désirs de vengeance.

Soif de faire justice ?

M’a tant fait souffrir.

Longtemps il était inconscience.

Puis arrive une prise de conscience

Je ne pouvais plus vivre avec tout ce ressentiment dans mon être.

Il me consumait à petit feu.

J’en étais rendu encore a une croisée de chemin

Et de tout mon cœur j’ai eu un désir de pardonner.

Un désir d’être libre.

Oui un désir de pardon a pris naissance.

Et depuis ce jour le pardon a fait son chemin en moi.

Cela peut paraître facile et cela peut l’être en effet.

Mais pour moi ce fût le chemin de presque une vie.

Parce que j’ai résisté si longtemps au lâcher prise.

Je me suis accroché si longtemps a ce passé souffrant.

Je crois que j’en avais fait mon identité.

Je n’ai pas oublié les gestes et je ne les approuve pas.

Mais j’ai libéré le lien qui me retenait à eux.

Ils font partis du passé.

Je les laisse partir en paix.

Je suis libre et ils sont libres.

Je ne retiens plus rien emprisonné.

J’ai démoli la prison que j’avais construite en moi.

J’ai libéré leurs cœurs et le mien

Et j’ai fait le même chemin envers moi.

Je me suis entièrement pardonné.

Tous mes ressentiments, mes désirs de vengeances, mes colères.

Et chacun de mes manquements et de mes inconsciences.

Je me suis pardonné mes longues absences.

Dans ma vie au présent.

J’essai de rester dans le moment qui est là peu importe comment il se présente.

Présente à moi-même et à ce que je rencontre.

J’ai libéré mon cœur les souvenirs ne me font plus mal.

Et je les visite de moins en moins.

Ils sont là mais je suis libre d’eux.

Je les pardonne du plus profond de mon être.

Je peux leur dire vas en paix.

Je ne garde aucun otage en moi.

Je le ressens dans le plus profond de moi.

Je ne peux changer le monde.

Mais je peux changer mon monde

Je peux enfin me dire vis en paix, vis la paix.

Je peux rencontrer chacun d’eux dans mon esprit.

Je ne tiens plus aucun livre de comptes.

Aucune facture en suspens.

Je ne peux expliquer mais le pardon je l’ai fait pour moi d’abord.

Et ensuite par amour pour mes enfants.

Quand j’ai eu le désir intense de leur donner une mère au présent.

Et non pas une prisonnière du passé.

Je ne nie pas, ce qui est arrivé. Je choisis de ne plus le juger.

De ne plus le porter.

Je choisis de libérer mon cœur de toute condamnation.

De tout ressentiment de ne rien retenir.

Je ne garde aucune résistance.

Je choisis de vivre la paix en moi.

Il y a des relations que je n’entretiens plus.

Mais je ne les retiens pas dans une prison a l’intérieur de moi.

Je les laisse partir en paix.

Je vis au présent.

Et tout est parfaitement bien en cet instant

Je suis présente ici maintenant.

Pleinement et entièrement.

J’ai repris le plein pouvoir de ma vie.

La totale responsabilité de mes émotions.

Mon cœur et mon âme sont maintenant si légers.

Quand la paix que m’a procuré le pardon est venu touchée mon Être.

J’ai ressenti l’amour et une grande liberté.

Et une douceur.

Est venu habiter mon cœur en profondeur.

Jeanne D’arc

Voyage au cœur d’une méditation

clip_image002 Vie intérieure.

Parfois monte en nous des mots qui se veulent témoins des mouvements de la vie dans notre espace intérieur.Mais comment exprimer cette joie que nous ressentons celle qui ne se rattache a aucun évènement ou objet particulier.Juste la joie d’être consciente de la force de vie qui vibre en nous.L’amour que nous ressentons qui ne s’attache a aucun sujet particulier.Juste d’être consciente de la présence d’un trésor  a l’intérieur de nous.   Comment décrire le sentiment  qui  nous habite pleinement, quand il est si vivant et pourtant si invisible au regard extérieur.  Mais comment dire ce que je ressens face à cet invisible qui habille de beauté tout sur quoi mon regard se pose .A cet invisible qui est tout. Il n’ est rien de palpable, mais en même temps il est dans tout ce que l’on touche.Comment décrire l’amour qui habite cet espace en moi, ou toutes les choses prennent leur couleur. Cet espace silencieux ou tous les sons sont entendus.Cet espace qui semble   vide, mais ou tout prend naissance.Mais puis-je  trouver les mots justes pour témoigner de la paix ou se réfugie mon âme.Cette sérénité qui vient avec la prise de conscience, de baigner en sécurité dans cette source.Tu sens qu’elle est là tout en toi, et pourtant tu baigne et vie en elle. numéro 2Dans cette source qui contient tous les possibles.Tu sens l’univers entrer dans ton espace intérieur.Et ton intérieur est contenu dans cet immense univers. Toute vie devient partie de toi.Et tu deviens partie d’elle.Tu sens cette unité en pleine conscience.Le seul mot qui me vient est une immense gratitude. Ce sentiment ressenti intensément   chaque fois que je suis  consciente de ce mouvement en moi. Consciente de la source nourrissante.Cette source invisible.Qui abreuve mon âme.Merci.

Jeanne D’arc