le roseau

clip_image001

Comme le Roseau.

J’ai toujours rêvée d’avoir la grandeur de mon chêne.

Sa force et sa prestance.

Je regardais cet arbre immense

Dieu qui était beau.

Rien ne lui faisait peur

J’enviais cette force et cette solidité

Mais un jour de grande tempête

Sous la puissance de tous les éléments

Mon beau grand chêne est foudroyé

Une grande déchirure

Je le croyais invincible

Sa rigidité l’as tué.

Je l’ai pleuré mon chêne

A ce point de rupture

Car il n’est pas dans la nature du chêne

De plier jusqu’a touché terre.

Mais par la perte de mon beau chêne

J’ai appris une leçon de vie

Et j’ai remercié

La vie

car

elle a fait de moi

Un tout petit roseau.

Il plie à chaque tempête sous la force

Des vents qui le traverse.

Les orages passent le brasse et le bouscule jusqu’à lui faire toucher la terre.

Mais ce petit roseau a découvert sa force dans sa flexibilité.

Ses branches semblent si fragiles

Mais paradoxalement c’est leurs fragilités qui devient leur force

Il permet à tous les éléments.

De le plier au gré de leurs fantaisies

C’est ainsi tel un tout petit roseau

Que j’ai traversée tous les évènements pénibles de ma vie,

Merci.

Jeanne.