Pour quelques jours des reprises…

 

bonne fête Jeanne 3 

Je suis.

Je suis un être de passion, un être d’intensité, un être de fragilité, un être de sensibilité.

Je suis un amalgame de toutes mes expériences.

La somme de mes joies et de mes peines.

La totalité de toutes mes passions.

Le résultat de tous mes amours.

Je suis ce que ma vie à fait de moi.

Les déserts que j’ai traversés

Toutes les montagnes que j’ai gravies.

Je suis mes territoires explorés.

Et ceux qui sont encore minés.

Et tous ceux qui sont encore à découvrir

Toutes mes rivières pleurées.

Tous les soleils et tous les arcs-en-ciel rencontrés.

Je suis faite de toutes mes réussites et de tous mes échecs.

Je suis toutes mes tempêtes et tous mes naufrages.

Mais aussi tous les rivages et les plages ensoleillées.

Je suis toutes les petites morts et les grandes morts que j’ai vécues.

Je suis toutes mes résurrections.

Je suis les couleurs que ma vie a peintes en moi.

Je suis faite de noir et de blanc.

Des couleurs primaires que j’avais à ma naissance.

Je suis ce qu’en partant de ces couleurs ma vie a fait de moi.

Un être unique comme chaque flocon de neige

Une toile tissée de ses expériences.

Je suis fille

Je suis sœur

Je suis femme

Je suis mère

Je suis grand-mère

Je suis amie

Mais par dessus tout je suis une âme en évolution.

Encore et toujours moi.

Je suis en même temps pas plus que cela.

Mais rien de moins que cela.

Jeanne

mes nuits d’insomnies(reprise)

clip_image002

Dans nuits d’insomnie…j’écris

Quand le sommeil me fuit?

Et que tout autour de moi est encore endormi.

Ici je viens m’asseoir devant l’écran.

Je sais que je perdrais ainsi la notion du temps.

Que je laisse mes doigts courir sur le clavier.

Ou sur les pages d’ un cahier.

Je permets ainsi a mes mots de s’envoler.

Tout ce qu’ils diront je- n’ ai cet instant aucune espèce idée.

J’aime écrire que ce soit sur le clavier.

Ou avec plume et encrier.

Et même aussitôt que j’ai un crayon dans les mains.

Je cherche un bout papier

Ou un carnet de notes.

Pour parfois y inscrire juste des gribouillis.

Ou des idées pour ne pas que j’oubli.

La guérison qu’ils ont a m’apportés.

Quand ils se présentent dans ma tête?

Les mots sont des images.

Qui se présentent et m’inspirent.

Comme ce papillon symbole de transformation et de liberté?

L’image se présente et ainsi je vois des grands pans de ma vie.

Resurgir.

J’y vois clairement quand la petite chenille sort de son cocon et devient papillon.

Le processus pour moi fût assez long.

Mais je crois vraiment que ce temps était nécessaire.

Pour former mes ailes afin qu’elles puissent me transporter vers la liberté.

QU’importe le temps?

Pour moi il n’existe plus.

Je sais qu’il y a un temps horloge,

Pour mes activités extérieures.

Mais dans l’espace intérieur tout se passe au présent.

J’écris quelques lignes et des tranches de ma vie se glissent entre les lignes.

Tout en écrivant j’y vois ma vie se dérouler sur la page.

Je crois que pour moi l’écriture me permet.

De regarder les évènements avec du recul.

Ainsi je peux voir ou il y a encore des blocages.

Ou il y a des murs de défenses établit dans mon espace intérieur.

Des endroits dans cet espace ou je bute parfois,

Car a certains endroits je sais que l’amour est bloqué.

Et j’y perds ma paix, du moment

Et le mouvement,

Oui en cet instant certains souvenirs sont revisités.

Pour être pardonnés.

Et je veux agrandir cet espace, en moi,

Ou y règne l’harmonie.

Certains de vos écrits font aussi écho en moi.

Et ainsi produisent le même effet.

Je rencontre par eux d’autres blocages.

Tout peut mener vers la guérison.

Tant que je reste en ouverture.

A l’amour.

Jeanne

Aimer

Aimer.

Aimer c’est aussi savoir dire non .

Aimer parfois c’est de savoir quitter .

Aimer c’est pas toujours fermer les yeux .

Aimer c’est d’apprendre à nos enfants à faire des choix .

Aimer c’est aussi accepter .

D’aimer au-delà de l’amour de l’autre .

Accepter que ton action t’apportera peut-être

Le non amour de l’autre .

Mais que tu sais que ton action est un geste d’amour .

Aimer ce n’est pas toujours facile .

Aimer c’est aussi de ne pas accepter

Ce qui te semble inacceptable .

Savoir que tu m’en veux

Et t’aimer quand même de tout mon cœur .

Aimer c’est peut-être aussi .

De montrer à l’autre .

Comment aimer en l’aimant malgré son non –amour .

D’elle même .

Aimer c’est de savoir aussi pardonner .

Mais avant que vienne le pardon .

Il faut accepter et reconnaître .

Qu’il y a eu offense .

Que si tu te trompe entre l’offensé et l’offenseur .

Aimer ce n’est pas de te suivre sur ce chemin .

Mais de rester tout près .

Et d’être prête encore et toujours à te tendre la main .

À ton retour .

Aimer ce n’est pas de tomber avec toi .

Mais de rester là tout près le cœur tout grand ouvert .

En continuant de vivre mais toujours prête .

A te tendre la main .

Pour t’aider .

Aimer pour moi c’est aussi accepter que peut-être que jamais tu ne reviendras .

Mais du plus profond de mon cœur t’aimer et de m’aimer quand même .

Car aimer pour moi c’est de pouvoir conserver mon propre respect .

Pour que tu puisse comprendre un jour ce qu’est le respect .de soi-même

Je t’aime .

xx

Je pleure mon absence

Publier 07/ 07 2011 sur le cahier de Jeanne D’arc 

Dédié a toutes les terres violées

Quand j’ai entendu cette chanson .

Que tu chantais .

Justement les mots sont venus me chercher très loin.

Ca viens de loin.

Je l’entendais pour la première fois

Si tu savais combien de  larmes me sont montés aux yeux.

Comme si les vannes venaient de s’ouvrir dans le fond du cœur .

Ce soir j’ouvre celle des mots.

Puis  j’ai compris des choses .

J’ai pleuré mon absence souvent de mes amours .

Oui je  pleure mes absences ….

Qui étaient très souvent bien involontaires.

Oui je pleure  mes absences des hommes que j’ai aimés.

Mes absences a m’abandonner .
Pour les hommes que j’ai aimés.

Ils ont aussi été volés.

J’ai aimés des hommes de tout mon cœur.
Mais jamais complètement capable de les aimés de tout mon corps .

Comme si une grande partie de cette possibilité m’avait été volé.

Comme si on m’avait volé la possibilité d’être complètement femme.

Comme si cette partie je voulais comme la laisser mourir en moi.

Je refusais de la laisser vivre.

Certains ont su et d’autres pas.

Ce qui n’était pas présent en moi.
J’aimerais leur en demander pardon.

J’aimerais me le pardonner.
D’avoir été là .

Sans y être totalement.

Pas que je m’en sente tant  coupable.

On ne peut donner que ce que possédons.Et cette partie je ne crois pas qu’elle m’appartienne.

Un  jour je l’ai abandonné dans un acte dont je me suis coupé.

J’ai laissé cette partie là .

Sur le terrain de mes abus.

Les abus physiques et aussi tous ceux psychologiques .
Et les abus sont nombreux et pas tous sexuels.

Je l’ai cherché et pleurer toute ma vie .

Cette partie abandonnée.

Ca viens vraiment de loin

Ne vas pas croire que tu ne me fais pas du bien.

En chantant.

Enfin je peux comprendre mon manque.

Enfin a travers Ces mots.

Je peux pleurer chacune de mes  absences .

Et me pardonner toutes ces  absences .

Oui ca viens de loin.

vraiment

««ca viens de loin »»

Merci a Manouchka pour la chanson de Judy Richards 

Jeanne d’arc ❣