Juste un petit mot

petitefleur au fusain (2)Du a certaines circonstances qui viennent déranger mes habitudes de vie .

J’ai décider de prendre une pause , je voulais ce matin vous dire que j’espère bientôt vous rendre visite sur vos blogs .

Pour l’instant je ne m’en sens pas capable.

Je m’ennuie de vous tous .

Chaque jour vous faites parti de mes pensées

Mais les mots semblent m’avoir  abandonnés.

Ou je refuse d’écrire les mots qui viennent .. ou de les partager.

Ceux que je voudrais écrire et aussi ceux que j’aimerais vous dire.

Ne peuvent cohabiter avec ces sentiments qui m’habitent en ces moments .

Je veux écrire en rose , je ne veux pas écrire ces mots grisaille.

J’espère juste que cela n’est que pour un temps.

Parfois je viens m’assoir devant mon écran .

Mais rien …..

Ma santé physique vas quand même relativement bien, rien de dramatique ,  rien de mortel ,même si cette année 2011 fût une année ou j’ai eu a accepter que la maladie avec laquelle je vis depuis quarante ans  , a gagner du terrain .

Ma santé vas bien ,me dit-on  juste que la maladie que je vis est en train d’emprisonnée mon esprit libre, un esprit qui rêve de liberté de mouvement , dans un corps de plus en plus dépendant et en perte d’autonomie.

Pour l’instant je lui en veut un peu a ce corps qui est mien.

J’ai dû accepter encore des pertes , des diminutions comme si mon corps me laissait tomber un petit peu a la fois .

Tu  accepte une diminution et puis une autre pendant un bon moment sans tout a fait t’en rendre compte.

Tu te relève et tu continu avec ce qui reste.

Mais un matin en te levant cette réalité te saute dessus .

Vraiment chaque petite perte d’ autonomie physique est difficile .

Un cœur et une tête qui veut courir sauter et gambader .

Mais un corps toujours de plus en plus incapable de bouger.

Ce n’est pas une évidence facile a accepter.

Parfois il y a un peu de révolte qui gronde a l’intérieur.

Comme si ma douceur était tout a coup envahit par un grand vent de tempête.

Ces grands   cris que   j’entends a l’intérieur, je les vis comme des inconnus qui envahissent mon calme et mon silence  .

ma douceur en est ébranlée.

Encore des parties de Jeanne dont je me dois de faire le deuil.

Acceptation ,acceptation jusqu’ou je serai forcée d’accepter cette perte de liberté de mouvement ,c’est  cette peur qui m’habite pour aujourd’hui.

J’ai mal de voir  vieillir mes membres si prématurément .

J’ai mal de les voir ainsi se déformés.

J’ai mal de l’abandon de mon corps , dans mon être qui aime la vie de tout la force de son cœur.

L’écriture me manque depuis que j’ai temporairement remisée ma plume .

J’en aurais pourtant long a écrire mais , c’est comme si  je me mise entre parenthèses .

A bientôt je l’espère de tout cœur .

Malgré tout je désirais vous dire merci d’être là .

Merci de votre présence au cours des dernières années.

Je vous aime vous faites partie de mon monde .

Jeanne