chemin de liberté(reprise )

pastelgras.jpg

Même si tu ne vois pas le chemin devant.

Regarde le beau à l’horizon.

C’est n’est plus la destination.

De ton voyage.

Mais tout le paysage que tu rencontre sur le chemin.

Qui fait parti de ton objectif.

Maintenant.

Qu’importe les détours au long du parcours.

Les doutes, et les erreurs.

Les arrêts et les pauses.

Ils deviennent partie intégrante  de ton

Voyage.

C’est devenu un voyage qui contient la destination de chaque jour.

Ma quête de paix intérieure.

Elle n’est pas dans un seul.

Contenant au pied d’un arc-en-ciel.

JE la trouve par petits morceaux.

Tout le long du voyage.

J’étais partie avec un si gros bagage.

J’avais plus de place.

Pour les conservés.

Alors dans des croisés de chemin.

Dans des tournants.

J’ai déposée bien des valises.

Et plus je voyage j’apprends à voyager léger.

Je goûte le but de ma quête.

A chaque jour.

J’en oubli même que j’avais entrepris un voyage.

C’est tout le chemin qui est devenu.

Mon voyage.

Je dépose en chemin murs et barrières.

Mon être soudain se sent soulevé.

De nouvelles perspectives s’ouvrent.

Il n’y a peut-être même plus de voyage.

Juste un chemin de liberté.

Jeanne D’arc

Lâcher prise

sans-titreLa pensée du jour que j’ai reçu ce matin .

Lâcher prise, c’est renoncer à tout contrôler, à vouloir le bien de l’autre, c’est renoncer à prouver quoi que ce soit, c’est accepter que l’autre est l’autre et que moi-même, je suis qui je suis et non pas qui j’avais rêvé d’être.
Lâcher prise, c’est faire confiance, c’est signer un chèque en blanc sur l’avenir, sur cette vie et sur ce qui lui fait suite.
Lâcher prise, c’est cesser de faire le procès de la vie qui ne nous donne pas ce que nous en attendions.
En fait, lâcher prise, c’est commencer à être vraiment heureux, car le bonheur, c’est comme un sillage, il suit fidèlement celui qui ne le poursuit pas. Si l’on s’arrête pour le contempler, pour le saisir, il s’évanouit aussitôt.
À partir du moment où l’on peut lâcher prise, où l’on ne désire plus être heureux à tout prix, on découvre que le bonheur, c’est cette capacité de garder les mains ouvertes plutôt que de les laisser agrippées sur ce que nous croyons nous être indispensable.

Jeanne D’arc

 

 

 

texte du livre le devoir d’être heureux…

Retrouvez les moments de Bonheur…..omraam

Vous êtes allés au concert, vous avez entendu une symphonie que vous aimez qui vous transporte.

Et en rentrant chez vous vous pensez que vous aimeriez bien entendre à nouveau cette musique pour pouvoir vous plonger dans la même atmosphère, retrouver des sensations de ravissement.

Alors que faites vous! Vous savez que cette musique est enregistrée, vous achetez le disque et une fois que vous l’avez-vous pouvez l’écouter autant de fois que vous voulez il fait partie de votre discothèque.

Hé bien sachez, sachez qu’en nous-mêmes aussi nous possédons toute une discothèque. Oui le moindre évènement que nous avons vécu dans notre existence est enregistré en nous. En psychologie, on appelle ces enregistrements la mémoire ou le subconscient.

Mais peu importe comment on les appelle l’essentiel c’est de savoir les utiliser. Du moment que vous avez réussi à vivre une seconde Divine déjà l’éternité s’est glissée dans cette seconde. Vous avez tiré un cliché et ce cliché vivra éternellement, il est là en vous.

Alors quand vous vous sentez mal disposé, troublé, dans le vide, entrez dans votre discothèque intérieure (moi c’est mon coffre aux trésors) et efforcez vous de retrouver vos états de conscience merveilleux grâce auquel au moins quelques secondes vous avez compris combien, l’existence peut être lumière, paix, beauté, amour, plénitude.

Même si pour le moment vous êtes dans un état d’esprit très éloigné de ces moments de bonheur, ils ne sont pas effacés en vous. Vous pouvez les retrouver et vous sentir traversé par leurs vibrations bénéfiques

Vous avez des possibilités inouïes, mais vous ne les connaissez pas et c’est cette ignorance qui vous empêche de comprendre, créer, d’avancer. VOUS AVEZ TOUT AU-DEDANS DE VOUS, mais vous ne faites rien, peut-être que personne ne vous a révélé vos possibilités.

Alors le temps passe, la vie s’en va et on n’a rien fait.

Même la créature la plus malheureuse, la plus déshérité, a eu dans sa vie quelques moments de bonheur. Dont elle peut se souvenir pour neutraliser les pensées ou sentiments qui l’accablent (envahissent qui prennent toute la place) Pourquoi ressasser ses déceptions, ses chagrins? Ignorance toujours l’ignorance. Observez et vous constaterez peut-être vous ne faites pas grand-chose pour retrouver les moments de bonheur que vous avez vécus.

En revanche avec facilité vous retenez les souvenirs pénibles et douloureux. Pourquoi ? Il est temps maintenant d’apprendre à travailler avec les éléments positifs.

Dans votre famille, avec vos amis, n’avez-vous pas vécu des moments de bonheur Et avec les livres, des œuvres d’art, ou certains spectacles de la nature, de la musique. Alors recherchez ces moments même si ils ne sont que trois ou quatre, même seulement un et revenez –y souvent rappelez vous le lieu, les circonstances, les personnes, concentrez-vous pour retrouvez les mêmes pensées, les mêmes sentiments, les mêmes sensations, Peu a peu vous aurez l’impression de vivre a nouveau ces états avec la même intensité que s’ils vous étaient donnés là maintenant par une cause réelle.

L’essentiel ce n’est pas ce qui se passe objectivement à l’extérieur de vous.

Mais ce que vous ressentez INTÉRIEUREMENT.

Recherchez désormais tous les moments ou vous avez compris, senti que la vie était belle et qu’elle avait un sens.

Que tous ces moments soient là à votre disposition pour le jour ou vous en aurez besoin.

Et faites en sorte que vous puissiez même choisir, parce que selon les circonstances de même qu’une musique est plus approprié qu’une autre.

Tel souvenir sera plus bénéfique qu’un autre.

Et quand vous aurez rassemblés ces moments retournez souvent vers eux,

Ainsi vous les amplifiez les vivifiez et contrairement aux disques du commerce qui finissent par être usés.

Plus vous passez ces disques –là enregistrés dans votre cœur dans votre âme plus ils deviennent solides et résistants.

D’ailleurs qu’ils soient bénéfiques ou nuisibles, c’est la même loi : plus vous les utiliserez et plus ils se renforceront

Alors est-ce que vous m’avez compris ? Quand on se sent malheureux, découragé, il est toujours possible de revenir vers ces minutes ou l’on a senti la réalité de la vie divine.

Souvenez vous il y a eu un jour dans votre vie, une voix magnifique qui chantait des airs célestes. Entrez dans votre discothèque intérieure, mettez le disque sur votre appareil vous serez a nouveau captivé pris sous le charme … Peu a peu vous allez vous redresser et reprendrez votre route avec courage et espoir.

Tiré du livre le devoir d’être heureux …

Omraam Mikhaël  Aïvanhov

Mots de mon enfant ….

Maman

Dès l’instant où tu as su que tu désirais des enfants, tu m’aimais déjà.

Dès l’instant où tu as appris ma présence, tu m’aimais déjà.

Dès l’instant où tu m’as senti bouger, tu m’aimais déjà.

Dès l’instant où tu m’as vu, pour la toute première fois, tu m’aimais déjà.

Et  dès ce premier instant, je le savais, le ressentais!

Merci pour tout cet amour, pour toute cette inconditionnalité, pour toute cette privation qu’est une maman.

En cet instant, je ressens tellement de gratitude pour ce que j’ai eu et ce que j’ai aujourd’hui, que je ne peux faire qu’autrement que de te dire: MERCI!

Je t’aime maman….

Michèle xxx

A la porte de son âme

Juste ici un  œil se fait curieux.

Tout a  coup L’ intérieur devient un grand point d’interrogation.  alcove

Dans  cette solitude matinale.

Au  lever du jour.

Dans cette ouverture un peu en retrait, dans  cette petite alcôve , jour après jour, au petit matin elle vient s’assoir

Pour tenter de toucher sa lumière.

Même si c’est un simple effleurement.

De s’en approcher

Pas la lumière qui éclaire les choses de l’extérieur , mais celle qui perce tout de bord en bord , celle a travers laquelle tout devient transparent.

Cette lumière que nous voyons mieux souvent les yeux fermés.

Et  parfois il lui  semble pour un instant la  percevoir

Pour lui confier  tous ses questionnements.

Elle regarde la vie qui passe à l’extérieur, mais aussi les gens, les saisons.

Tout ce qui lui passe devant les yeux lui offre des pistes de réflexions.

Mais aussi des signes de solutions.

De ce qui se  vit  plus difficilement

Dans son monde intérieur.

Des mots sonnent des réponses à tous ses point d’interrogations.

Alors certains se changent en point d’exclamation.

Des émotions se vivent dans cet espace.

Des couleurs, des sensations.

Viennent lui dévoiler et raconter la vie.

la sienne , mais aussi toute vie qui l’entoure.

Cet endroit devient son point d’observation favori.

Son petit coin de retraite à chaque jour.

Elle peut aussi lui parler de comment elle se vit intérieurement.

Mais ce matin.

Quelque chose du dehors la touche et provoque.

Encore en elle une perte d’équilibre…

Elle redoute cette zone fragile  , cette  sensibilité dans son être.

Est sa plus grande fragilité

Et tout ce qui peut ainsi l’éveiller.

Celle  qui  revient sans cesse à intervalles réguliers, mais toujours sans s’annoncer.

Elle ne peut jamais savoir qui ou quoi en sera le déclencheur.

Qui ou quoi éveillera un fantôme ou une mémoire encore blessée.

Tant de mémoires encore à guérir.

Tant encore à réconcilier en dedans.

Mais le premier pas a été franchi , celui de dire oui de tout cœur a cette réconciliation.

Peu importe le temps qu’il lui faudra…..

Pour rejoindre toutes les parties  de soi,

Mais se présente aussi  des mémoires fantastiques pleines de joies et de rires.

Qui lui arrive et l’ébranle aussi.

La joie et le bonheur peuvent aussi être déstabilisant  parfois.

Soudain, tout son intérieur devient d’une fragilité qui la laisse complètement désarmée.

Parfois ainsi en  elle vient s’installer le doute qui en quelques secondes recouvre tout.

Ce doute envahit la totalité de son univers il prend toute la place en elle.

La peur s’installe elle ne sait pas combien de temps il lui faudra

Pour sortir de cette impasse.

Elle sait qu’il lui faudra tout revisiter.

Vraiment faire le point sur ce qui a encore grand prix au profond de son cœur.

Elle connait exactement l’endroit de la première perte de son équilibre.

Mais par cette ouverture  là pourtant elle a encore une peur d’y regarder.

Dans cette déchirure,

Car elle a peur d’y replonger encore dans un vide si profond …

Un vide ou elle a vraiment cru se perdre.

Un puits qu’elle a cru sans fond.

Mais quelqu’un avait déjà visité cette nuit des profondeurs.

Alors une main lui fût tendue.

Cette main fût son sauveur.

Jeanne D’arc