Non elle ne savait pas

Elle ne le savait pas  cette petite fille.

Qu’elle avait en elle toutes les forces

 Que la vie  avait déposée déjà,

Toutes celles dont elle aurait besoin.

Pour vivre chacune de ses expériences de  vie.

Non elle ne savait pas.

Que chacune des expériences étaient nécessaire et la mènerait.

Vers la découverte de ces précieuses forces offertes en cadeau à sa naissance.

Pour découvrir tous ses précieux trésors.

Non elle ne savait pas.

Elle appelait épreuves certaines de ses expériences de vie.

Que pour connaître le lâcher prise.

Qu’elle devrait encore et encore.

Être exposé a des refus et des confrontations.

Des déceptions,

Que pour connaître le détachement.

Qu’elle devrait encore et encore.

Vivre  des pertes et des deuils pénibles.

Des cris et des pleurs.

Des révoltes et des rébellions.

Que pour connaître le pardon.

Non elle ne savait pas.

Elle devrait vivre des trahisons des rejets et des abandons.

Non elle ne savait pas.

Que pour connaître l’acceptation.

Elle devrait vivre.

La maladie les handicaps.

Les diminutions.

Que pour connaître la sérénité et la paix qui l’habite.

Elle devrait vivre encore et encore.

Des combats, des luttes et des déchirements intérieurs

Non elle ne savait pas

Que pour découvrir chacun de ses trésors

Et connaître qu’elle les avait en elle déposés en cadeau à sa naissance.

C’est chacune de ses expériences qui viendraient.

La conduire vers la pleine conscience du cadeau que lui a fait la vie.

Tel qu’elle s’est présentée.

Tout était là dans la petite fille.

Mais complètement inconnu d’elle.

Comme un cadeau non déballé.

Mais il lui fallait faire l’expérience de sa propre vie.

Pour conscientiser chacun des cadeaux déposés en elle.

Maintenant ces mots lâcher-prise, pardon, détachement, acceptation, paix, sérénité.

Ne sont pas seulement des mots sans substance.

Mais des mots vivants en elle pleinement ressenti connus.

 Liés a un vécu.

Ma vie m’as permis de déballer tous  mes cadeaux.

Merci.

Quand il n’y a plus rien, il n’y a que l’Amour… (Christiane Singer)

J’ai eu envie de te relire Jacques ❤

A Coeur ouvert...

Ce qui est bouleversant, c’est que quand tout est détruit, quand il n’y a plus rien, mais vraiment plus rien, il n’y a pas la mort et le vide comme on le croirait, pas du tout.

Je vous le jure. Quand il n’y a plus rien, il n’y a que l’Amour. Il n’y a plus que l’Amour. Tous les barrages craquent. C’est la noyade, c’est l’immersion. L’amour n’est pas un sentiment.
C’est la substance même de la création.

Je croyais jusqu’alors que l’amour était reliance, qu’il nous reliait les uns aux autres. Mais cela va beaucoup plus loin. Nous n’avons pas même à être reliés : nous sommes à l’intérieur les uns des autres.
C’est cela le mystère. C’est cela le plus grand vertige.

Au fond je viens seulement vous apporter cette bonne nouvelle : de l’autre côté du pire t’attend l’Amour.
Il n’y a en vérité rien à craindre…

Voir l’article original 269 mots de plus

Bob Dylan

How many roads must a man walk down
Before you call him a man?
How many seas must a white dove sail
Before she sleeps in the sand?
Yes, ‘n’ how many times must the cannon balls fly
Before they’re forever banned?
The answer, my friend, is blowin’ in the wind
The answer is blowin’ in the windYes, ‘n’ how many years can a mountain exist
Before it’s washed to the sea?
Yes, ‘n’ how many years can some people exist
Before they’re allowed to be free?
Yes, ‘n’ how many times can a man turn his head
And pretend that he just doesn’t see?
The answer, my friend, is blowin’ in the wind
The answer is blowin’ in the windYes, ‘n’ how many times must a man look up
Before he can see the sky?
Yes, ‘n’ how many ears must one man have
Before he can hear people cry?
Yes, ‘n’ how many deaths will it take till he knows
That too many people have died?
The answer, my friend, is blowin’ in the wind
The answer is blowin’ in the wind

https://youtu.be/vWwgrjjIMXA