Pour quelques jours des reprises…

 

bonne fête Jeanne 3 

Je suis.

Je suis un être de passion, un être d’intensité, un être de fragilité, un être de sensibilité.

Je suis un amalgame de toutes mes expériences.

La somme de mes joies et de mes peines.

La totalité de toutes mes passions.

Le résultat de tous mes amours.

Je suis ce que ma vie à fait de moi.

Les déserts que j’ai traversés

Toutes les montagnes que j’ai gravies.

Je suis mes territoires explorés.

Et ceux qui sont encore minés.

Et tous ceux qui sont encore à découvrir

Toutes mes rivières pleurées.

Tous les soleils et tous les arcs-en-ciel rencontrés.

Je suis faite de toutes mes réussites et de tous mes échecs.

Je suis toutes mes tempêtes et tous mes naufrages.

Mais aussi tous les rivages et les plages ensoleillées.

Je suis toutes les petites morts et les grandes morts que j’ai vécues.

Je suis toutes mes résurrections.

Je suis les couleurs que ma vie a peintes en moi.

Je suis faite de noir et de blanc.

Des couleurs primaires que j’avais à ma naissance.

Je suis ce qu’en partant de ces couleurs ma vie a fait de moi.

Un être unique comme chaque flocon de neige

Une toile tissée de ses expériences.

Je suis fille

Je suis sœur

Je suis femme

Je suis mère

Je suis grand-mère

Je suis amie

Mais par dessus tout je suis une âme en évolution.

Encore et toujours moi.

Je suis en même temps pas plus que cela.

Mais rien de moins que cela.

Jeanne

Je pleure mon absence

Publier 07/ 07 2011 sur le cahier de Jeanne D’arc 

Dédié a toutes les terres violées

Quand j’ai entendu cette chanson .

Que tu chantais .

Justement les mots sont venus me chercher très loin.

Ca viens de loin.

Je l’entendais pour la première fois

Si tu savais combien de  larmes me sont montés aux yeux.

Comme si les vannes venaient de s’ouvrir dans le fond du cœur .

Ce soir j’ouvre celle des mots.

Puis  j’ai compris des choses .

J’ai pleuré mon absence souvent de mes amours .

Oui je  pleure mes absences ….

Qui étaient très souvent bien involontaires.

Oui je pleure  mes absences des hommes que j’ai aimés.

Mes absences a m’abandonner .
Pour les hommes que j’ai aimés.

Ils ont aussi été volés.

J’ai aimés des hommes de tout mon cœur.
Mais jamais complètement capable de les aimés de tout mon corps .

Comme si une grande partie de cette possibilité m’avait été volé.

Comme si on m’avait volé la possibilité d’être complètement femme.

Comme si cette partie je voulais comme la laisser mourir en moi.

Je refusais de la laisser vivre.

Certains ont su et d’autres pas.

Ce qui n’était pas présent en moi.
J’aimerais leur en demander pardon.

J’aimerais me le pardonner.
D’avoir été là .

Sans y être totalement.

Pas que je m’en sente tant  coupable.

On ne peut donner que ce que possédons.Et cette partie je ne crois pas qu’elle m’appartienne.

Un  jour je l’ai abandonné dans un acte dont je me suis coupé.

J’ai laissé cette partie là .

Sur le terrain de mes abus.

Les abus physiques et aussi tous ceux psychologiques .
Et les abus sont nombreux et pas tous sexuels.

Je l’ai cherché et pleurer toute ma vie .

Cette partie abandonnée.

Ca viens vraiment de loin

Ne vas pas croire que tu ne me fais pas du bien.

En chantant.

Enfin je peux comprendre mon manque.

Enfin a travers Ces mots.

Je peux pleurer chacune de mes  absences .

Et me pardonner toutes ces  absences .

Oui ca viens de loin.

vraiment

««ca viens de loin »»

Merci a Manouchka pour la chanson de Judy Richards 

Jeanne d’arc ❣

Écrit dédié a mes trois filles.

une larmes 

Lumière.

Parce que j’ai vu cette lumière au fond de vos yeux. .

J’ai refusé d’abandonner.

Malgré toutes les peines que j’ai eues à traversées.

Tous les combats que j’ai livrés.

Je pense que cette lumière me supportait .

Ces étincelles dans vos yeux.

Venait faire naître en moi une espérance.

Parce que je voulais avoir aussi cette lumière dans mes yeux.

Cette lumière au fond de vos yeux .

Elle a souvent été ma force, mon courage et ma raison de vivre.

Quand la pente était si difficile.

J’ai lutté et lutté encore.

Parce qu’il y avait cette lumière dans vos yeux .

J’ai marché dans ce si long tunnel.

Et même si parfois il y faisait très noir.

Même quand je désespérais parfois d’en voir le bout.

Il y avait encore cette lumière dans vos yeux.

Et j’acceptais encore de faire un pas de plus.

Je sais maintenant qu’il y a en moi une force de vie.

Et elle me vient en grande partie de cette lumière dans vos yeux.

.

Pendant de longues périodes ou j’étais seulement en survie.

Vous étiez mes flammes d’espoir, et mes flambeaux.

Je sais maintenant qu’entre vos yeux et les miens.

Il y a un lien qui est tissé. . .

.

Aujourd’hui je sais que cette lumière est aussi au fond de mes yeux !

Cette joie de vivre qui m’habite.

Le bonheur d’être capable, juste de célébrer la vie.

Peu importe la route, juste de savourer le voyage.

Malgré tous les obstacles sur le chemin.

Il y a toujours cette lumière dans vos yeux.

Qui met tant de lumière dans mes yeux.

Avec un grand sourire sur mon visage.

Des pétillements dans le fond du cœur.

Merci à vous pour cette lumière dans vos yeux.

Qui m’ont fait le cadeau de la lumière dans mes yeux.

Vous savez que cette lumière  fût pour moi un don de vie!

Jeanne D’arc

nouvelles de ma santé.

Cette semaine en fût une un peu éprouvante .

Depuis mardi je passe des examens .

Ils ont trouvés une maladie a mes poumons .

celle-ci est causé soit par la progression de l’arthrite rhumatoïde

une maladie dont je suis atteinte depuis 38 ans . et qui touche chacune des articulations que j’ai dans mon corps .

Et elle peut aussi atteindre des organes internes comme le cœur et les poumons .

soit par des médicaments que j’ai pris pour essayer de contrôler celle-ci

J’ai encore beaucoup d’autres examens a passé  ensuite nous pourrons savoir quels traitements sont envisagés pour vivre le mieux possible avec .

mais malgré tous ces détours de la vie .

Je prends conscience comment justement j’aime la vie .

Hier je reçois deux nouvelles encore plus bouleversantes  une de mes amies d’enfance qui a exactement le même âge que moi s’est enlevé la vie .

Puis j’apprends qu’un tout petit homme dans l,entourage proche de ma fille  le neveu et filleul de son mari .

vient de recevoir un diagnostique  de leucémie

.

J’en ai complètement oublié mon propre détour

Nous serons tous avec toi petit Dealan et avec Nadia et Carl .

Dealan a seulement trois ans .

Déjà vous êtes remplis de courage , et vous savez ou sont les vrai valeurs de la vie .

Ce matin j’avais eu besoin de ventillé un peu.

une bonne pensée pour lui S.V.P

Oui ce fût une semaine assez éprouvante  , mais combien il est bon d’être entourés d’êtres chers et qui nous aime .

L’amour n’est plus dans les mots ceux-ci manquent parfois , dans l’émotion  mais on le voit dans chaque geste et chaque action .

Essayons de savourer chaque instant de la vie .

Merci.

xxx

Jeanne

 

Mélancolie …

illusions

Une étape  se termine .

Près de sept années ont passées depuis mon arrivée dans ce monde.

Des espaces perso.

Je suis habité en cet instant par un brin de mélancolie.

j’ai toujours vécu difficilement les séparations .

Et ce changement je le vis comme une séparation.

J’ai une certaine crainte de ne plus retrouver les amis .

qui au fil de ces années sont devenus des présences importantes.

Certains ne feront peut-être pas la transition.

Je suis moi-même encore dans le questionnement .

Je me rends compte que l’inconnu me rend encore fébrile.

Je ne suis pas née a l’ère des ordinateurs et je me rends compte que mes connaissances dans ce domaine.

Sont vraiment très limités.

Et cette transition je vois cela comme un saut en parachute.

Ou comme une montagne a gravir

Un mur sur la route.

Dans certains domaines je me sens comme un poisson dans l’eau.

Mais pour ce qui est de celui-ci , je vous jure que je me sens encore comme un enfant a ses premiers pas.

Ou qui cherche son équilibre sur un nouveau vélo.

Même si je décide de faire cette transition .

Ce que je crains le plus c’est de perdre la trace de vous tous vous m’avez tellement aidé .

Autant par vos commentaires que par vos écrits.

vous m’avez été des sources d’inspiration , des lumières et des phares très souvent.

En certains j’ai parfois cru voir des âmes de même famille.

J’ai grandit en voyageant dans chacun de vos univers.

J’espère que le transfert se fera sans trop de vagues.

Et que je vous retrouverez tous , ainsi que vos écrits.

Ce n’est pas tant le décor nouveau qui me tracasse mais les changements qui sont arrivés au long de ces années

m’ont si souvent créés problèmes que j’en suis venus a les craindre.

A bientôt je l’espère.

Jeanne

Paysage intérieur …..

femme du jardin 

Forte et fragile…

Je suis un être de passion, un être d’intensité, un être de fragilité, un être de sensibilité.

Je suis un amalgame de toutes mes expériences.

La somme de mes joies et de mes peines.

La totalité de  mes passions.

Le résultat de  mes amours.

Je suis tous les rêves que j’ai portés.

Je suis la profondeur de mes descentes.

Je suis la hauteur de mes envolées.

  Je suis ce que ma vie à fait de moi.

Les déserts que j’ai traversés.

Les montagnes que j’ai gravies.

Je suis mes territoires explorés.

Et ceux qui sont encore minés.

Et ceux qu’ils me restent encore à découvrir

Toutes mes rivières pleurées.

Tous les soleils et tous les arcs-en-ciel rencontrés.

Je suis faite de toutes mes réussites et de tous mes échecs.

Je suis  mes tempêtes et  mes naufrages.

Mais aussi tous les rivages et les plages ensoleillées.

Je suis toutes les petites morts et les grandes morts que j’ai vécues en moi.

Mais je suis aussi chacune de mes  résurrections.

Je suis les couleurs que ma vie a peintes en moi.

Je suis faite de blanc et de noir.

Et de toutes les couleurs  que j’ai héritées à ma naissance.

Je suis ce qu’en partant de ces couleurs ma vie a fait de moi.

Un être unique comme chaque flocon de neige.

Comme chaque être humain, 

Une toile tissée de ses expériences.

Colorée tout comme toi de ses propres couleurs. 

Je suis fille

Je suis sœur

Je suis femme

Je suis mère

Je suis grand-mère

Je suis amie.

Mais par dessus tout je suis une âme en évolution.

Je suis aussi mes doutes et mes remises en questions. 

Mais encore et toujours moi.

Je suis celle qui un jour.

A une croisée de chemin.

Je suis celle qui a fait le choix.

De ne pas écrire le mot fin .

Et qui a renouvelée son oui a l’aventure.

Et qui s’est donnée la liberté de renaître. 

Je ne  suis  pas plus que cela.

Mais rien de moins que tout cela.

Je suis la liberté que je me suis donnée. 

Un être  vivant a chaque instant son humanité et sa spiritualité.

Je suis totalement  moi mais parfois je me reconnaît tellement en toi.

Intérieurement devant moi je me présente complètement nue.

Sans voile et sans masque.

Acceptant d’aimer en totalité et de vivre en paix avec tout le  paysage.

Qui est moi. 

Celui de la femme sensibilisée et fragilisée que je suis. 

Je refuse de la renié.

Car c’est celle avec laquelle je vis ma vie.

Celle qui me tient compagnie

À chaque instant

 xxx

 

Jeanne.

PS:Il m’arrive de faire ainsi des bilans: je me rends compte que les évènements de ma vie mêmes si ils m’ont fragilisée et sensibilisée au plus au point.

jusqu’à menacer complètement mon  équilibre.

A m’étirer jusqu’au point de rupture.

En même temps comme un vrai paradoxe ils m’ont forcés a aller chercher au plus profond de moi la force et la foi  qui reposait là .  

C’est pour cela que si je devais ne choisir que deux mots pour me décrire .

Sans doute je dirais  forte et fragile.

Non finalement je ne regrette rien .

C’est ma plus grande quête.  

Merci ma vie.

Mariage a l’horizon.

moi 019 

Votre union.

Michèle.

Un certain jour de septembre.

La vie nous fait cadeau d’un trésor.

Je savais bien qu’un jour quelqu’un viendrait.

Réclamer ce trésor.

Car nous n’étions que les gardiens de ce joyau.

La vie nous fait cadeau quand elle nous choisit.

Pour porter ses trésors.

Nous ne devons pas tant vouloir qu’ils nous ressemblent.

Mais souhaitez surtout qu’ils découvrent toute leur individualité.

Pourtant je sais que dans notre cœur, nous conserverons toujours une part de ce joyau.

Car le lien qui nous unit a elle.

Est tissé dans un fil, Très serré.

Mon plus grand désir était que celui qui un jour.

Découvrirais ce joyau.

Aurait des yeux assez profonds.

Pour voir toute la beauté dans chacune de ses facettes

Une femme forte et en même temps fragile.

Une femme déterminée.

Une femme entière.

Un diamant.

David.

Au fil des années j’ai appris à te connaître un peu.

Je sais que tu es quelqu’un qui ne fait pas de vagues.

Et j’ai regardée plus loin.

Que ce que tu exprimes, ou ce que tu veux montrer parfois.

J’y ai vu un homme d’une belle sensibilité, un père rempli d’amour.

Un homme généreux et attentionné.

Et j’ai vu des yeux qui peuvent regarder profondément.

J’ai vu un homme avec qui ma Michèle serait heureuse.

Un cœur qui soit le plus bel écrin.

Pour y déposer le sien.

Je suis heureuse que Michèle.

Ai pris le temps d’attendre pour prendre mari.

Que tu arrive dans sa vie.

Vous deux.

Vous avez appris au fil des années à vous apprivoisés.

Vous vous êtes mariés dans le cœur au fil de ces années.

Aujourd’hui vous faites le choix.

D’aller encore plus loin dans votre engagement et de prendre pour témoins ceux que vous aimez.

Et qui vous sont chers.

Et d’exprimez devant eux le oui de votre cœur.

Cet anneau que vous glissez a vos doigts en ce jour.

Symbole de votre amour et de votre attachement l’un envers l’autre.

Symbole du lien qui vous unit.

Puisse-t-il rester à vos doigts pour de nombreuses années.

Comme un doux rappel des promesses échangées.

Et témoigner de l’amour et du mariage de deux cœurs

Puisse la vie vous garder unit au jour le jour.

A travers chaque expérience qu’elle vous réserve.

Vous donner.

La capacité de poser votre regard dans la même direction.

Je vous aime.

xx

le lien(3)

Le lien(3)

M. B.

Il y a des personnes qui passent dans notre vie.

Et du fait de leur passage.

C’est toute notre vie qui en sera transformé.

Il laisse une marque profonde.

Tu es l’une de ces personnes de ma vie.

Tu es arrivé.

Quand j’étais au fond d’un gouffre.

Dans ma plus grande tempête.

Tu as tenu le fil.

Qui me ramenait en surface quand je sombrais dans les eaux trop profondes.

Auquel j’ai pu m’accrocher pour retrouver le chemin vers la vie.

Quand moi je marchais vers celui de la mort.

Tu es la première personne qui m’a ouvert le chemin de ma liberté.

Notre lien c’est un lien de médecin patient.

Tu m’as offert une oreille qui ne juge pas.

Quand moi je me condamnais.

Tu m’as fait regarder tous les blocages que j’avais construits en moi.

A partir de ce lien j’ai pu découvrir mes propres points de repère.

Pour défaire les murs et les barrières en moi.

Et j’ai pu tracer ma propre carte au trésor enfoui.

Je sais qu’il m’a fallut faire un travail archéologique.

Dans ma terre de naissance.

Mais par le fait que tu as cru que je pouvais y arriver.

Tu as eu assez foi en moi.

Alors que moi je m’étais complètement rejetée.

Qu’une semence d’espérance tu y à laissé.

Je ne sais pas si un jour nos chemins se croiseront de nouveau.

Mais par cet écrit.

Je veux te dire merci.

Je sais que le mot semble petit, mais c’est tout mon cœur que je mets dans ce merci.

Si seulement tu pouvais savoir combien il y a de vie relié.

au lien de ton court passage.

dans ma vie.

Je le lance dans l’univers mon merci , car je n’ai aucune espèce d’idée ou la vie t’a conduit.

Tu as été bien plus qu’un médecin.

Ta présence fut comme le passage d’un ange.

En l’année 1982.

Le passage le plus difficile de ma vie.

Tu es le premier guide d’une petite chenille.

Vers la vie et la naissance d’un papillon.

 

Jeanne D’arc.

mes nuits d’insomnies

clip_image002

Dans nuits d’insomnie…j’écris

Quand le sommeil me fuit?

Et que tout autour de moi est encore endormi.

Ici je viens m’asseoir devant l’écran.

Je sais que je perdrais ainsi la notion du temps.

Que je laisse mes doigts courir sur le clavier.

Ou sur les pages d’ un cahier.

Je permets ainsi a mes mots de s’envoler.

Tout ce qu’ils diront je- n’ ai a cet instant aucune espèce idée.

J’aime écrire que ce soit sur le clavier.

Ou avec plume et encrier.

Et même aussitôt que j’ai un crayon dans les mains.

Je cherche un bout papier

Ou un carnet de notes.

Pour parfois y inscrire juste des gribouillis.

Ou  parfois  des révélations qui me viennent de mes lectures.

Celles qui me frappent comme des éclairs.

pour ne pas que j’oubli.

La lumière qu’ils portent.

Les enseignements qu’ils m’offrent.

Et la guérison qu’ils ont a m’apportés.

 

Quand ils se présentent dans ma tête?

Les mots sont d’abord des images.

Qui se présentent et m’inspirent.

Comme ce papillon symbole de transformation et de liberté?

L’image se présente et ainsi je vois des grands pans de ma vie.

Resurgir.

J’y vois clairement quand la petite chenille sort de son cocon et devient papillon.

Le processus pour moi fût assez long.

Mais je crois vraiment que ce temps était nécessaire.

Pour former mes ailes afin qu’elles puissent me transporter vers la liberté.

QU’importe le temps?

Pour moi il n’existe plus.

Je sais qu’il y a un temps horloge,

Pour mes activités extérieures.

Mais dans l’espace intérieur tout se passe au présent.

Le passé se guérit au présent.

J’écris quelques lignes et des tranches de ma vie se glissent entre les lignes.

Tout en écrivant j’y vois ma vie se dérouler sur la page.

Je crois que pour moi l’écriture me permet.

De regarder les évènements avec du recul.

Ainsi je peux voir ou il y a encore des blocages.

Ou il y a des murs de défenses établit dans mon espace intérieur.

Des endroits dans cet espace ou je bute parfois,

Car a certains endroits je sais que l’amour est bloqué.

Et j’y perds ma paix, du moment

Et le mouvement,

Oui en cet instant certains souvenirs sont revisités.

Pour être pardonnés.

Et ainsi retrouvé ma liberté.

Et je veux agrandir cet espace, en moi,

Ou y règne l’harmonie.

Certains de vos écrits font aussi écho en moi.

Et ainsi produisent le même effet.

Et par eux parfois je redécouvre mes ailes.

 

Tout peut mener vers la guérison.

Tant que je reste en ouverture du cœur

A l’amour.

Jeanne