Une reprise ..

 

clip_image002

Tu peux être prisonnier même au sommet de la plus haute montagne, et tu peux devenir libre même au fond d’une prison.

(Auteur inconnu)

Le pardon.

J’ai vécu longtemps en étant mal dans ma peau.

J’ai vécu longtemps comme si je portais un fardeau.

Une colère m’habitait.

Un ressentiment profond, et un apitoiement sans fond.

Est-il légitime certains diront qu’oui ?

Moi je crois qu’il m’a retenu prisonnière.

Pendant si longtemps.

Chaque matin inconsciemment je mettais dans mon bagage.

Les gestes de mes abuseurs.

Et toutes mes blessures.

Ils m’empêchaient de vivre.

Toutes mes heures étaient teintées du passé.

Je portais la honte.

J’ai porté mon corps de souffrance si longtemps

Comme une deuxième peau je m’en revêtais.

Je ressassais sans cesse tous ces gestes.

Je les revivais continuellement

Ils gâchaient tous les beaux instants de ma vie.

Comme si tout était teinté de grisaille ?

J’ai sombré dans l’alcool.

Pour oublier.

Pendant si longtemps.

Je privais tous ceux qui m’aimaient

Dans le présent de ma vie.

J’étais si absente dans ma vie au présent.

Puis un jour j’ai eu un réel désir de vivre.

Et de devenir présente à ma vie.

Après avoir si longtemps eu le goût de mourir.

J’ai eu le réel désir de sortir du rôle d’une victime.

Car je ne pouvais plus vivre avec celle-ci.

Je suis pour un temps tomber dans un autre extrême celui du bourreau.

Mon esprit habité par la rancune et des désirs de vengeance.

Soif de faire justice ?

M’a tant fait souffrir.

Longtemps il était inconscience.

Puis arrive une prise de conscience

Je ne pouvais plus vivre avec tout ce ressentiment dans mon être.

Il me consumait à petit feu.

J’en étais rendu encore a une croisée de chemin

Et de tout mon cœur j’ai eu un désir de pardonner.

Un désir d’être libre.

Oui un désir de pardon a pris naissance.

Et depuis ce jour le pardon a fait son chemin en moi.

Cela peut paraître facile et cela peut l’être en effet.

Mais pour moi ce fût le chemin de presque une vie.

Parce que j’ai résisté si longtemps au lâcher prise.

Je me suis accroché si longtemps a ce passé souffrant.

Je crois que j’en avais fait mon identité.

Je n’ai pas oublié les gestes et je ne les approuve pas.

Mais j’ai libéré le lien qui me retenait à eux.

Ils font partis du passé.

Je les laisse partir en paix.

Je suis libre et ils sont libres.

Je ne retiens plus rien emprisonné.

J’ai démoli la prison que j’avais construite en moi.

J’ai libéré leurs cœurs et le mien

Et j’ai fait le même chemin envers moi.

Je me suis entièrement pardonné.

Tous mes ressentiments, mes désirs de vengeances, mes colères.

Et chacun de mes manquements et de mes inconsciences.

Je me suis pardonné mes longues absences.

Dans ma vie au présent.

J’essai de rester dans le moment qui est là peu importe comment il se présente.

Présente à moi-même et à ce que je rencontre.

J’ai libéré mon cœur les souvenirs ne me font plus mal.

Et je les visite de moins en moins.

Ils sont là mais je suis libre d’eux.

Je les pardonne du plus profond de mon être.

Je peux leur dire vas en paix.

Je ne garde aucun otage en moi.

Je le ressens dans le plus profond de moi.

Je ne peux changer le monde.

Mais je peux changer mon monde

Je peux enfin me dire vis en paix, vis la paix.

Je peux rencontrer chacun d’eux dans mon esprit.

Je ne tiens plus aucun livre de comptes.

Aucune facture en suspens.

Je ne peux expliquer mais le pardon je l’ai fait pour moi d’abord.

Et ensuite par amour pour mes enfants.

Quand j’ai eu le désir intense de leur donner une mère au présent.

Et non pas une prisonnière du passé.

Je ne nie pas, ce qui est arrivé. Je choisis de ne plus le juger.

De ne plus le porter.

Je choisis de libérer mon cœur de toute condamnation.

De tout ressentiment de ne rien retenir.

Je ne garde aucune résistance.

Je choisis de vivre la paix en moi.

Il y a des relations que je n’entretiens plus.

Mais je ne les retiens pas dans une prison à l’intérieur de moi.

Je les laisse partir en paix.

Je vis au présent.

Et tout est parfaitement bien en cet instant

Je suis présente ici maintenant.

Pleinement et entièrement.

J’ai repris le plein pouvoir de ma vie.

La totale responsabilité de mes émotions.

Mon cœur et mon âme sont maintenant si légers.

Quand la paix que m’a procuré le pardon est venu touchée mon Être.

J’ai ressenti l’amour et une grande liberté.

Et une douceur.

Est venu habiter mon cœur en profondeur.

Jeanne D’arc

xxx

Nos plumes

 

Merci Gaël pour ces mots, pour tes mots , ils sont magnifiques , cette plume si signifiante pour Chaque écrivain , auteur , poète , elle se présente différemment dans chacun de nos encriers si respectueuse pour la couleur de l’encre dans chacun d’eux. , certains jours notre plume puisent les différentes couleurs contenus dans l’encrier.

Elle nous dessine en mots ….tous les contours de nos univers.

Elle nous conduit dans tous les envers de décors.

La mienne m’accompagne dans mes moments de grande fragilité .

Quand certains jours j’ai peur d’éclater en milles miettes elle me ramasse tout en mots sur la feuille de mon cahier.

Pour ainsi me retenir en un seul morceau.

Oui elle se fait parfois légère , et parfois un brin timide , et quelque petites fois Elle goute un peu amère , quand elle se fait colère , mais toujours  elle m’ aide a mettre des baumes sur mes bleus du cœur qui deviennent des mots couchés sur le papier elle les a sortis de moi pour que mon être puisse s’apaiser.

Elle me connait ,

D’autres jours ou je ne peut contenir en moi la joie qui m’habite.

Elle viendra me mettre en mots cette joie qui veut déborder pour écrire un hymne a la vie.

Elle utilisera mes mots ceux qui me parle a moi.

Elle les fera danser comme moi je danse ,

Ou chanter comme mon oreille entends la musique.

J’aime tellement tes mots quand tu dis elle nous offre de son caractère de la douceur dans son sommet et piquante a sa pointe .

Oui notre plume a épousé la forme de nos doigts , elle a écouté notre être et nous l’as dessiné en mots .

Je suis presque convaincue que quand c’est moi qui prend cette plume et qui écrit , que c’est plus elle qui me guide vers mes mots , notre plume reconnait notre encre et notre encrier et encore bien plus souvent je pense que c’est elle qui m’écrit ma vie ,je l’invite et elle m’amène visiter mon Pays.

Chacune des crevasses dans laquelle j’ai trébuchée et me suis relevé , chaque montagne gravit , chaque tempête sur les océans de ma vie , toutes mes zones de désert visités elle me permet de la prendre et de les dessiner par des mots.

Merci Gaël pour toutes les visites et les cadeaux de ta plume déposés chez moi .

Ils sont inspirants tes mots aussi.

xxx

Jeanne

 

 

Un superbe cadeau de  Gaël laisser sur mon article un matin semblable aux autres.

La Plume.

La fragilité de la plume
Nous donne de sa force
De surmonter les vents contraires
Légère, légère elle est
Et pourtant elle arrive à nous émouvoir
À nous faire prendre les rives
Où se joignent le calme du lac
Et les remouds des immenses océans.
La fragilité de la plume
Nous offre de son caractère
De la douceur dans son sommet
Piquante à sa pointe
Voulant se baigner dans les encriers
Légère, légère elle est
Légère mais forte en richesse
De ses voyages vécus sur les dos ailés
De vivre des situations de grandeurs
Dans l’immensité du monde.
La plume est magie
De vouloir raconter ses périples
La plume s’imagine aussi
Des parcours bien atypiques
Légère, légère elle est
De se poser là sur les papiers
Oh parfois, bien souvent elle rêve
D’un bel oiseau qui viendrait alors
L’enlever pour des envolées
Vers la lumière, vers le soleil, vers les nuages,
Elle aimait tout cela la plume.
Légère, légère elle était
Elle se permet à présent de vivre
Ses rêves dans la main d’un auteur…

Paul Andrews
Écrit le 27/01/2013.

comme tes mots me sont si inspirant Jeanne
bisous ma douce amie.

Merci Gaël de tout cœur  pour tous tes  mots cadeaux déposés chez moi

xxx

Jeanne

Quand la pensée est offerte en cadeau…WOW!

Confidences.Scan cahier

Il y a maintenant déjà presque qu’une année Ma belle Josée lors d’une visite en terre américaine tombe sur un cahier.

Vous pouvez en voir maintenant la page couverture dans mon image de fond de blog.

Mais pour vous dire que ce cahier en le voyant ELLE c’est de moi que ce cahier lui parlait.

Elle y voyait déjà mes écrits et poèmes a l’intérieur.

L’ Amour dans sa pensée…

Moi aussi quand je l’ai reçu tout de suite je m’y suis sentie comme en terre si familière.

Il m’y serait tellement agréable d’y déposer un peu de ma vie sur les pages.

C’est tout l’ensemble que vous devriez voir les pages sont de papier brun qui dans notre famille  recouvrait nos livres d’écoliers comme ceux de nombreuses familles un peu moins bien  nantis.

Mais ce même papier brun servait aussi a envelopper aussi bien les cadeaux que tout autre chose … un papier tout usage.

Ce papier faisait parti de notre vie .

Il pourrait dans ma mémoire ne me rappeler que la pauvreté , mais il me rappelle tellement plus que cette surface.

Il est devenu je le vois :si beau dans ma mémoire  ce simple papier brun.

En même temps que je travaillerais sur le montage du cahier que je lui offrirais en retour enrichi de certains de mes écrits.

Ici je continuerais de vous écrire dans ce cahier que je personnalise petit a petit .

Je vais tenter de m’y laisser guider par l’inspiration.

Qui me vient du cœur des gens et des choses.

Et aussi de chaque expérience vécue aussi difficile soit-elle qui une fois dépassée devient encore une richesse de plus dans Mon trésor .

J’adore recevoir ainsi des cadeaux qui sont choisis avec une attention si spéciale .

Ils me touchent vraiment.

l’amour tu le ressens tellement dans le cœur du présent.

Ils me sont tellement plus précieux que des montagnes d’or ou de diamants.

Ils sont mes pierres précieuses a moi.

Mes perles.

Ma citation en en-tête << Là ou est ton cœur là est ton trésor>>

ne se retrouve pas là du tout par un pur hasard. mais parce que cette citation elle est là gravée au centre de mon être.

Merci de tout cœur ma belle Josée …

Je t’aime.

xxxx

Maman.

Je veux aussi ici vous partager le poème d’un ami un poète au grand cœur, sa vision sur le cahier de Jeanne .

Voici la vision de Gaël sur le cahier de Jeanne…

Le Cahier De Jeanne.

Dans le cahier de Jeanne
J’y vois en grand la belle âme
Courant dans l’écriture
Marchant sans fioriture
Vers un monde en soi.

Dans le cahier de Jeanne
On y lit le grand cœur
Une part de bonheur
À la recherche de la matière
Qui fait relever l’être à terre.

Dans le cahier de Jeanne
Un apaisement de mots
Une réflexion certaine
Livrée tel un grand cadeau
Qui s’ouvrira loin du terne.

Dans le cahier de Jeanne
C’est le cœur et l’âme
De mon amie Jeanne
Qui à nous se dévoile
Et même là jusqu’aux portes
De la lointaine Paname.

Paul Andrews
Écrit le 15/12/2012.

merci Jeanne de nous ouvrir les pages de ton beau carnet de vie, d’écriture
je t’embrasse bien fort

15 décembre 2012 à 6 h 39 min.

………………………………..

Visitez Gaël.

http://wishaga.wordpress.com/

Merci du fond du cœur gentil poète.

Jeanne

Trouvailles de classement dans mes dossiers

Il y a des soirs comme ce soir ou le sommeil nous fausse compagnie, souvent dans le passé ce fût l’angoisse qui me tenait éveillée. En d’autres moments ce fût mon corps qui se faisait trop douloureux.

Maintenant souvent c’est une grande fébrilité qui me tient le plus souvent loin des bras de Morphée.

Un peu comme si mon cœur et mon corps n’arrivait pas à se placer en mode repos.

Mais je ne redoute plus ces nuits ou le sommeil brille par son absence j’ai ma plume pour me tenir compagnie.

J’aime ces instants seule avec moi-même, en compagnie de mon journal.

C’est vrai que maintenant mon journal le plus souvent je le tape au clavier plus souvent que je l’écris.

Assise dans mon fauteuil préféré, mon portable sur les genoux.

J’aime aussi écouter les sons dans la nuit j’entends le tic tac de l’horloge, et tous les petits bruits de fond qu’on entend dans la nuit quand ceux du jour ont fait silence.

Autant je peux aimer la musique le jour, autant j’aime la nuit être bercer par les seuls sons qui appartiennent aux objets et aux choses c’est une merveilleuse pratique pour m’amener en pleine journée à écouter les sons dans la nature : le vent dans les feuilles, le merveilleux chant d’un cardinal….

Je n’ai jamais oublié le jour ou j’ai entendu pour la première fois le chant de cet oiseau aussi rare que soit la présence de ce bel oiseau dans la ville. C’est pourtant là que je l’ai aperçu la première fois

Niché dans un arbre d’une rue ou j’aime marcher.

Un pur moment d’émerveillement …

Les sons de l’eau ….

Souvent je passe a coté de la musique de la nature, tellement le bruit qui les enterre capte mon attention première.

Il y a beaucoup de vie la nuit, plus faites de sons que de mots, les seuls mots sont ceux que je viens ici coucher sur ma page. Quand je quitte pour un instant le mode écoute.

Je sais qu’en ces instants je perds un peu. Mais mon âme veut rendre témoignage donc mes doigts s’agitent sur le clavier, mais l’oreille …reste tendue présente.

Ce soir je laisse un peu aller ma plume, a son propre rythme, un parfum soudain capte mon attention, je prends le temps d’humer cette odeur qui monte dans mon odorat, je peux m’arrêter et savourer ce moment j’ai tout mon temps.

J’écoute la calme respiration de mon amour endormi.

J’entends les sons de l’extérieur, des oiseaux commencent à se faire entendre, ils s’assemblent toujours a la même heure juste en face de chez moi comme si la terre commence lentement à s’éveillée tout en douceur.

Bientôt les bruits du jour reviendront prendre leur place, ceux de la nuit deviendront à nouveau des bruits de fond j’espère qu’ils laisseront assez de leur empreinte en moi, car ils sont si apaisants.

Même si le sommeil a brillé par son absence cette nuit, mon être est reposé.

Quand les bruits du jour viendront trop m’étourdir, j’espère que mon oreille garde souvenir et puisse les entendre derrière et y puiser ce calme dont ils sont porteurs.

Jeanne D’Arc

Invitation……

imageJe t’invite en voyage.

Je t’invite au voyage, nous ne traverserons aucun continent nous ne naviguerons dans nul autre bateau que celui du cercle de ta vie.

Nous ne voguerons sur nulle autre mer que celle qui se rend dans les profondeurs de ton être

A la rencontre de ton âme.

Le capitaine ne t’amène jamais plus loin sans ta permission.

il attendra toujours que tu sois prête à t’y rendre.

A l’instant le meilleur pour toi.

Il n’y a aucune limite de temps.

Le temps dans ce voyage ne compte pas.

Car le temps en fait n’existe pas.

Le maitre possède une patience infinie.

Certainement que le voyage conduit parfois dans des vents très forts.

Tu t’y sentiras surement bousculés et pas loin de chavirer.

Jusqu’à te porter près, tout près de la mutinerie.

Au bord.

De L’idée d’abandonner le navire.

Quand tu y verras ta barque si minuscule.

Mais un jour c’est dans ce voyage ou je fus invitée et jamais depuis je n’ai eu aucun regret.

D’être monté dans ce bateau.

Même si je savais que j’avais un grand territoire a exploré.

Pour atteindre le dernier rivage. 

celui sur le quel je saurai sans aucun doute que je suis enfin a  la maison 

C’était un matin de grande tempête que fut en moi lancée l’invitation.

Et ce matin là.

J’ai répondu OUI présente.

Jeanne D’arc

Une page blanche

Ma très chère plume…mon cher journal

Je ne trouve pas de titre a cet écrit peut être quand je me serais complètement abandonnée a cette page je reviendrai et peut-être que je le nommerai.

Peut-être bien qu’a ce moment je pourrais te donner un titre que finalement c’est ainsi que je deviendrais une toute petite signature.

Mais à l’ instant tout ce qui me tente de faire c’est de laisser courir les doigts.

Me laisser guider seulement par cette joie de moi et toi.

Une rencontre entre cœur âme et plume.

Sur une feuille de cahier.

Entre toi et moi.

C’est une histoire de véritable amour.

C’est une aventure qui a débuté si timidement il y a bien longtemps tu m’invitais à te rejoindre a te plonger dans l’encrier.

A permettre a l’encre de former  des mots en si complète liberté.

A me livrer.

A me dévoiler, à me raconter jusqu’à l’âme

Il y avait des images qui s’attachaient à mes mots.la feuille (2)

Des dessins gribouillés  dans les marges.

Qui n’avaient de sens que pour moi  bien  souvent

comme des aide -mémoire.

Tu le savais, je pense que tu avais beaucoup à m’offrir.

Dans mon intérieur j’entendais cette invitation, Elle descendait  jusqu’au fond de mes tripes je crois que déjà tu savais que j’avais tant à y découvrir. En m’y plongeant.

J’avais ma vie à complètement revisiter.

Des trésors complètement enfouis à découvrir.

J’avais un intérieur à guérir.

Je signe ta Jeanne.

Offrir des mots en héritage …

une plume

 

 

Des mots en héritage.

Une lettre d’amour pour chacun de mes amours.

Il y a des soirs comme ca ou j’ai vraiment envie de laisser aller ma plume.

Des soirs où j’ai une telle envie de vous laisser des mots.

Pour que le soir ou je ne serai plus.

Physiquement présente pour vous bercer dans mes bras.

Pour consoler vos chagrins

Pour vous dire des mots réconforts au bout d’un fil de téléphone.

Pour vous murmurer des mots qui rassurent, des mots qui dis-je suis la.

Le soir ou mon corps trop fatigué.

Bien malgré lui auras été forcé de capituler.

Je veux vous laisser ces mots, que j’ai au fond du cœur.

Vous dire qu’au-delà de toutes les frontières.

Mon cœur vous appartient.

L’amour va bien au-delà des frontières.

Voilà ma foi.

S’il m’est arrivé pendant des années D’avoir eu de la difficulté à être toujours présente à 100% dans ma vie avec vous mes trésors.

Par un seul désir d’être là réellement présente, je le pensais un simple petit désir mais il devait être bien plus grand.

Il en a traversé des frontières.

Car il m’a permis de brisés toutes les barrières qui me retenaient en arrière.

Vous étiez la force et le courage qui nourrissait mon simple petit désir.

Il m’a fallut des années pour quitter toutes les expériences plus difficile de ma famille d’origine.

Pour vraiment faire la paix de toutes mes batailles et mes guerres.

Toutes les expériences difficiles de ma vie avant vous.

Mais nous y sommes arrivés.

Un matin.

Nous nous sommes finalement rencontrés au présent.

Je sens comme une urgence de vous offrir mon amour de le coucher sur le papier.

J’aime écrire mais par-dessus tout j’aime vous écrire.

Vous êtes mes plus grandes sources d’inspirations.

Je sais qu’elle me vient de mon père cet amour de la lecture et celle de l’écriture.

De ma mère me vient mon amour de la nature et celle de prendre soin.

Quand je suis dans l’action je vois ma mère en moi.

Tout ca fait aussi parti de votre sang c’est dans vos gènes.

Je crois que je possède une âme artiste.

Je ne vous dis pas une grande artiste qui a fait carrière.

Ou qui a de grandes œuvres.

Mais une artiste dans l’âme.

Ca je sais.

J’aime me perdre dans mes tentatives de créations.

Qu’importe les résultats c’est tout le processus qui remplit le cœur de joie.

Ces écrits que souvent vous habitez.

Mes amours.

Chacun a des passions dans sa vie.

Des passions qui viennent souvent adoucir ses heures plus difficiles.

Des Passions qui peuvent lui aider à traverser les tempêtes.

Des passions qui redonnent le goût de la vie.

Moi une des miennes est l’écriture.

Et créer.

Je vous regarde et je vois aussi certaines des vôtres.

Je sais que mon Âme d’artiste vit aussi dans ma descendance….

Dans votre amour des mots pour certains et de tous les processus de créations pour d’autres je sais que l’amour et la passion se transmet par héritage.

Je l’ai reçu a la naissance je l’ai découverte dans ma vie.

Et je la vois en vous tous mes amours.

Je vous aime.

Maman

du fond de mes archives.

Le lien(3)

M. B.

Il y a des personnes qui passent dans notre vie.

Et du fait de leur passage.

C’est toute notre vie qui en sera transformé.

Il laisse une marque profonde.

Tu es l’une de ces personnes de ma vie.

Tu es arrivé.

Quand j’étais au fond d’un gouffre.

Dans ma plus grande tempête.

Tu as tenu le fil.

Qui me ramenait en surface quand je sombrais dans les eaux trop profondes.

Tu es celui.

Auquel j’ai pu m’accrocher pour retrouver le chemin vers la vie.

Quand moi je marchais vers celui de la mort.

Tu es la première personne qui m’a ouvert le chemin de ma liberté.

Notre lien c’est un lien de médecin patient.

Tu m’as offert une oreille qui ne juge pas.

Quand moi je me condamnais.

Tu m’as fait regarder tous les blocages que j’avais construits en moi.

A partir de ce lien j’ai pu découvrir mes propres points de repère.

Pour défaire les murs et les barrières en moi.

Et j’ai pu tracer ma propre carte au trésor enfoui.

Je sais qu’il m’a fallut faire un travail archéologique.

Dans ma terre de naissance.

Mais par le fait que tu as cru que je pouvais y arriver.

Tu as eu assez foi en moi.

Alors que moi je m’étais complètement rejetée.

Qu’une semence d’espérance tu y à laissé.

Je ne sais pas si un jour nos chemins se croiseront de nouveau.

Mais par cet écrit.

Je veux te dire merci.

Je sais que le mot semble petit, mais c’est tout mon cœur que je mets dans ce merci.

Je le lance dans l’univers, car je n’ai aucune espèce d’idée ou la vie t’a conduit.

Tu as été bien plus qu’un médecin.

Ta présence fut comme le passage d’un ange.

En l’année 1982.

Le passage le plus difficile de ma vie.

Tu es le premier guide d’une petite chenille.

Vers la vie et la naissance d’un papillon.

Jeanne D’arc.

74E5

Tu es mon plus beau rêve

Tu es mon plus beau rêve.

Chaque fois que me prends l’envie de te prêter;

Ma plume pour quelques mots.

Il y a tout a coup,

Comme une gêne qui vient frôler

Et ma feuille et ma plume.

Comme si j’avais une retenue.

Une peur d’aller trop loin dans les confidences

Une peur de dévoiler,

Un désir de retenir. 

Tu es mon plus beau rêve.

Ton Amour est ma nourriture.

Et mon élixir.

Ce que tu arrive à me faire ressentir.

Me fait chavirer le cœur.

Tu es mon plus beau rêve.

Comme si tu réussissais à ouvrir mon cœur.

Je me suis aimée par tes yeux.

C’est en eux que je me suis vue si complètement nue.

Jusqu’au fond de l’âme.

Oui j’arrive encore à m’aimer par toi.

C’est par toi que mon cœur a appris l’amour.

Même si jamais je n’arrive complètement  à trouver les mots.

Pour vraiment exprimer ce que je voudrais te dire.

Je ne pourrais trouver des mots

Je le sais car ce que je ressens c’est au-delà des mots

Que je connais.

Pas un quand je l’écris n’est assez puissant pour te dire

L’intensité que je ressens.

Dans le fond du cœur,

Tu es mon plus beau rêve…

Jeanne

A tous je dis merci

jeannedarc10ans (2)

Oui je veux dire merci a chacun de ceux qui ont croisés ma route.

Tout au long de ma vie.

Ici je  ne nommerai aucun nom , car la liste est beaucoup trop longue . pour être contenue dans un  billet.

Et pour rien au monde je ne voudrais oublier aucun de vos passages, si court fût-il dans ma vie.

Un instant qui  parfois fait une telle différence.

Certains de vous avez croisés mon chemin par vos écrits.

Et je ne connais même pas tous vos noms.

De certains je n’ai que les noms de plume.

Mais vous êtes pour moi aussi présent dans ma vie que celui que je croise physiquement.

Vous m’avez fait le même bien en déposant vos mots si plein de vie   sur la page , que si vous les aviez déposés directement en moi.

Ils ont été aussi puissants quand dans mon besoin je les ai accueillis dans mon cœur.  

Ce fût pour moi une véritable communion.

Pour d’autres c’est a un sourire que je dois dire merci du fond du cœur .

Merci pour toutes ces  mains tendues.

Merci pour tous les bras ouverts.

Merci a chacun de vous d’avoir été si vivant dans vos regards.

Que vous avez su redonner vie au mien.

Merci d’avoir été si vivant dans votre écoute.

Pour devenir des semeurs de vie d’amour et de lumière.

Dans ma vie.

Merci a tous qui m’avez aimé avant que j’arrive a le faire.

Et merci de m’avoir laissé vous aimer même si je l’ai fait si maladroitement parfois.

Merci a tous ceux qui par une parole ou un geste êtes venus faire une différence dans ma vie .

A vous tous qui furent parfois des professeurs qui m’ont enseignés de si belles et si simples  leçons de vie .

D’autres qui furent pour moi de véritables sauveurs.

Merci a Tous Mes semeurs d’espoir.

Oui vous faites partis de ceux qui ont fait une différence dans ma vie.

  Cette  différence entre  vivre et mourir.

Vous êtes devenus pour moi des passeurs de vie.

Merci pour ces sourires rencontrés simplement en me promenant dans une rue quand la détresse me rendait sans paroles et sans mots .

Vous êtes en ces instants devenus pour moi l’espérance dont j’avais tant besoin

Oui merci a chacun de mes porteurs d’espérance.

Votre sourire , votre geste, votre simple parole amicale sont  devenus ma flamme …pour traverser mes moments de nuit profonde .

Je veux que vous sachiez  que votre sourire peut devenir  la lumière du monde pour une inconnue.

Surtout ne l’oubliez jamais.

Sachez que vous fûtes tout cela pour moi.

Et tellement tellement plus.

Merci de m’avoir permis de renaitre .

Et depuis je m’efforce de garder cette semence en moi , de garder la flamme allumée et de donner au suivant.

Merci !

Jeanne D’arc