Donne moi un instant …

Un moment si complètement neuf.

Donne-moi pour un instant une pensée complètement nue.

Donne-moi pour un instant une mémoire vide.

Donne-moi pour un instant pas un seul souvenir.

Donne-moi pour un instant un pur moment nouveau.

 

Laisse-moi te découvrir dans cet instant.

Dans un seul petit coin du cœur.

Dans le profond de l’âme

Dans cet instant complètement neuf.

Aucune pensée passée ne l’effleure.

Aucune mémoire ne vienne le diluer.

Aucun souvenir ne puisse le diminuer.

 

Une pensée si nue.

Une mémoire si vide.

Un souvenir si complètement blanc.

Un pur moment nouveau.

 

Ces mots ont explosés dans ma tête ce matin

Quand la peur je l’ai senti dans le plexus.

J’en reconnais bien le passage j’en reconnais l’effet.

Mais incapable de dire.

De quel parti passé elle vient.

 

Quelle valise faut-il délester.

Oui laquelle faut-il encore vider.

Quel bagage dois-je encore nettoyer.

Quelle mémoire dois-je classer.

Quel souvenir dois-je revisiter.

Pour y enlever cette peur qui y rester accrocher, 

Je ne veux qu’un petit instant si complètement nouveau.

Jeanne D’arc

L’automne de la vie.

Photo 008

 

Et toutes ces couleurs.

Je sais que chaque arbre est unique.

Ils sont partis de la semence de même nature.

Chaque feuille a sa nuance.

Elles sont relies a la branche.

La branche se relie au tronc.

Il leur donne la sève.

Qu’il puise dans ses racines.

Ses racines puise de la terre mère.

La terre se nourrit.

Du retour de la feuille.

En elle quand son voyage est terminé.

Elle nourrit cette terre.

Et redevient féconde.

Pour les nouveaux bourgeons.

Mais la terre et l’arbre ont aussi besoin.

De la lumière et de l’eau pour vivre

Et remplir leurs fonction.

Et du vent pour transporter leur semence.

Donc il n’y a rien , ni personne qui peut dire.

Qu’une chose est inutile.

Tout se transforme dans cet univers.

Quelle leçon je peux apprendre juste a observer la nature.

Je suis maintenant a l’automne de ma vie.

Et toutes ces couleurs ma vie les a peintes en moi.

J’ai déjà vécus bien des automnes.

Celle de l’enfance.

Puis j’ai vécue.

Celle de l’adolescence.

Et celle de la femme mûre.

Chaque âge a quatre saisons.

Je sors maintenant d’ un autre automne.

Mais c’est le printemps.

D’un nouvel âge.

Un jour je sais je déposerai.

Mon vêtement.

Déjà il n’est plus le même.

Il s’est transformé.

Au fil des toutes ces saisons.

Oui un jour je quitterai.

Mon outil d’apprentissage.

Je n’en suis plus amère.

Mais je sais que mon être.

L’essence que je suis dans mon âme.

Vivras.

Mais aussi morte que paraîtra ma maison extérieure.

Ma maison intérieure.

Celle qui est ma vrai maison.

Celle qu’habite mon âme.

Vit pour toujours .

Ainsi est ma foi.

Jeanne